Arrestation des "Y'en a marristes" en RDC: les Sénégalais condamnent

L’arrestation de Fadel Barro, Fou Malade et Aliou Sané, hier, dans l’après midi, par des militaires de la République Démocratique du Congo (RDC), n’a pas laissé indifférent des Sénégalais qui se prononcent sur la question en exigeant leur libération.



Arrestation des "Y'en a marristes" en RDC: les Sénégalais condamnent
Interrogé par Pressafrik.com, Sidy Ndao étudiant en journalisme et communication, trouve cela déplorable. « Je trouve cela très déplorable. on doit changer d’attitude, de comportement. Si des Présidents comme Kabila se permet d’arrêter et de mettre en prison des personnalités de la société civile, qui sont pour la démocratie et pour l’avancement de l’Afrique de manière générale, c’est déplorable. L’Union Africaine (UA), la communauté internationale doivent prendre toute leur  responsabilité et dire non et sanctionner Kabila ».


Même son de cloche pour Toumani Badji. « Ils ont été invités par le mouvement Filimbi de Kinshasa pour partager l’expérience sénégalaise en matière citoyenne. Je ne suis pas d’accord. Car ils sont pour la démocratie, pour l’avancement de l’Afrique. je constate que les dirigeant africains aiment le pouvoir. Ils ne veulent pas le lâcher. Car Kabila veut avoir un nouveau mandat et les jeunes sont contre. Alors que les jeunes du mouvement 'Y’ en a marre" l’ont fait dans d’autres pays comme le Mali, le Burkina Faso. Je ne vois pas de mal à cela. Les autorités Sénégalais doivent réagir pour que ces jeunes soient libérés».


Journaliste de profession, Serigne Saliou Samb est aussi pour la libération de Fadel Barro et Cie. « En tant que démocrate, ce sont des activistes qui se battent pour les droits de l’homme, ils doivent être relâchés ». Par ailleurs, le journaliste se dit prudent. Car il ne sait pas ce qu'on  reproche aux "Y'en a marristes". « Chaque pays a ses règles. Je ne sais pas s’ils ont violé ses règles ou ils sont en règle ou pas ? Mais en tout état de cause, je pense que s'ils sont uniquement invités dans le cadre des droits de l’homme, ils doivent être relâchés » en demandant toutefois audit mouvement de savoir raison garder. 


Lundi 16 Mars 2015 - 12:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter