Arrestation des personnes handicapées: leurs responsables expriment leur désolation



Arrestation des personnes handicapées: leurs responsables expriment leur désolation
Yatma Fall président de la fédération sénégalais des associations de personnes handicapées 
"Après cette décision de relaxe prise par le président d’instance de Dakar, nous avons un sentiment de  satisfaction mais c’est une satisfaction mêlée de mélancolie. Aujourd’hui,  nous avons assisté à un procès de la honte. Au lieu de faire le procès des personnes handicapées, on a plutôt fait le procès de l’Etat.  Et,  les responsables à ce niveau, n’ont pas rendu service à l’Etat, ni au président Macky Sall. Quand nous avions rencontré le président de la République, nous avions discuté avec lui et nous savons toutes les ambitions qu’il nourrit pour nous.

Ces personnes jugées aujourd’hui sont victimes d’avoir tendu la main et cet acte est dû au système d’exclusion des personnes handicapées. Nous sommes exclus de l’école, les centres de formation n’ont pas été préparés pour prendre en charge les personnes handicapées.

Quand on est handicapé, on ne peut pas faire autre chose que de tendre la main. C’est l’Etat qui a été défaillant. L’obligation incombe à l’Etat de garantir le bien être de tous les enfants y compris les enfants vivants avec un handicape. Et, tant que la situation d’exclusion des personnes handicapées constitue, ces personnes ne pourront jamais arrêter à mendier".

Edouard Thomas Diatta, secrétaire de la fédération départementale des handicapés moteurs
"J’exprime toute ma désolation dans la mesure où l’Etat du Sénégal, de Senghor jusqu’à nos jours, aucun gouvernement n’ a pu pensé aux droits qui protèges ces personnes qui ont le droit d’être insérées dans la société, droit à l’inclusion sociale par l’éducation, la formation, la santé, le travail et tous les autres droits qui expriment la dignité humaine.

Aujourd’hui la balle est dans le camp de l’actuel régime qui devrait plutôt s’employer à penser aux droits de ces personnes qui sont jusque là bafouées".

MBayang  Ndiaye , la présidente des personnes handicapées de Dakar Plateau
"Nous demandons à l’Etat d’aider les personnes handicapées qui sont des pères et mères de famille. Nous avons des  associations bien structurées, et nous faisons des activités qui pourront nous permettre d’avoir de l’argent pour s’entre-aider. Mais cela ne suffise pas.
 
Pour aider les personnes handicapées, l’Etat doit se rapprocher des associations, les soutenir dans leurs idées de projet. Ce n'est que par cette voie qu'il pourra diminuer la mendicité. Nous sommes des personnes incapables physiquement mais notre cerveau fonctionne normalement et c’est cela une personne normale".

Réactions rassemblées après la libération des sept (7) handicapés jugés pour le délit de mendicité sur la place publique. 

Aminata Diouf

Jeudi 28 Juillet 2016 - 15:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter