Arrestations de journalistes: le SYNPICS s'indigne et menace

Secrétaire général du Syndicat des Professionnels de l'information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS), Ibrahima Khaliloulah Ndiaye parle de "tentative d'intimidation". Ce, suite à la mise en garde-à-vue des Directeurs de publication de "l'Observateur" et du journal "Enquête".



Arrestations de journalistes: le SYNPICS s'indigne et menace
Au niveau du SYNPICS, il faut dire que la série d’interpellations de Directeurs de publications ne passe pas.  A ce propos, le secrétaire général se veut clair. «On essaie de créer un climat de terreur mais…les journalistes continueront à faire leur travail…», scande Ibrahima Khaliloulah Ndiaye.  «Nous sommes étonnés de la tournure des choses. En ce mois de ramadan et qu’à l’heure de la rupture, on vous annonce que des confrères ont été arrêtés pour des écrits qui remontent à des mois. Nous pensions quand même que le Sénégal était une démocratie majeure et que ce n’est pas pour des simples écrits qu’on va envoyer des journalistes en prison»,  s’indigne ce dernier qui ne rate pas le régime Sall en place.

 
Selon le Secrétaire général du SYNPICS, « depuis l’arrivée de Macky Sall, nous avons dénoncé cette absence de vision et de rupture par rapport au monde de la presse. Quasiment, les autorités n’ont rien fait…Il faut voter le nouveau Code de la presse mais les autorités n’ont pas cette volonté. Sous le régime de Macky Sall, c’est le black-out total et cela nous désole ». Loin d’en avoir fini, Ibrahima Khaliloulah Ndiaye de poursuivre : «Ce régime n’a pas de vision pour le monde de la presse et c’est regrettable. C’est la triste réalité ».


Le journaliste en appelle dans « l’Observateur » « au professionnalisme, à l’union et à rester forts » car décline-t-il : «Il faut savoir que c’est ensemble que nous pourrons peser dans nos combats. Il ne faudrait pas accepter que les autres nous divisent… ». 
 


Mercredi 15 Juillet 2015 - 09:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter