Arrêt de la Chambre d'accusation dans l'affaire Thierno Ousmane Sy: la décision qui met à nue la bizarrerie du dossier



"Pourquoi l'ancien conseiller spécial de l'ex-président de la République chargé des Ntic est maintenu en détention ?". Alors que tout au long des cinq (5) feuillets de l'arrêt numéro 96 du 29 avril 2014 rendu par la Chambre d'accusation de la Cour d'Appel de Dakar dans l'affaire Thierno Ousmane Sy, les magistrats démontrent un à un les nombreux éléments de la vacuité du dossier et relèvent la légèreté de l'accusation.


Pour bétonner leur argumentaire, les juges de la Chambre d'accusation brandissent l’ordonnance de mise en liberté provisoire rendue par le Doyen des Juges d'Instruction (DJI) Mahawa Sémou Diouf qui "blanchit" Thierno Ousmane Sy et soutient que " l’examen du dossier ne fait pas apparaître des éléments pouvant constituer des charges contre l’accusé". Pour les avocats du fils de l’ancien ministre de la justice, dans les colonnes de "l'as", « dans les infractions de droits commun pour lesquelles Thierno Ousmane Sy est poursuivi, la liberté est de droit depuis l’expiration du délai de 6 mois fixé par l’article 127 bis du code de procédure pénale ». S’agissant de l’inculpation de complicité de détournement de derniers publics, il est établi qu’il n’a  joué aucun rôle dans la procédure de concession de la licence du marché et le paiement du montant de la cession, indique la source.


Mardi 27 Mai 2014 - 12:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter