Arrêt du pavage de la Corniche Ouest, renvoi incessant du recasement des marchands ambulants: le plan d’action de l'APR pour "éliminer" Khalifa Sall ?

La guerre de positionnement fait rage à la mairie de Dakar en vue des élections locales 2014. Décidé à laisser son empreinte dans la capitale sénégalaise dont il occupe le fauteuil de maire, Khalifa Sall fait face à des coups bas. Dernièrement, la Direction pour la Surveillance et le Contrôle des Sols (DESCOS) lui a servi une sommation d’arrêt des travaux de pavages de la corniche Ouest au moment où l’Etat tarde à apporter une réponse concrète à la lancinante question du recasement des marchants ambulants. Autant d’actes qui poussent certaines indiscrétions à parler carrément de tentative du pouvoir de mettre du bâton dans les roues du maire socialiste.



Arrêt du pavage de la Corniche Ouest, renvoi incessant du recasement des marchands ambulants: le plan d’action de l'APR pour "éliminer" Khalifa Sall ?
«Avec le régime Wade, au moins, on savait qu’on avait des adversaires en face de nous. Aujourd’hui, le paradoxe avec l’actuel pouvoir, c’est que nous appartenons à un gouvernement duquel nous recevons malheureusement des coups beaucoup plus violents», se sont plaints des conseillers municipaux 

En effet, sommé d’arrêter ses travaux de pavages de la Corniche Ouest par la DESCOS pour risque d’inondations en raison d’un problème d’évacuation des eaux de pluies», des voix se sont élevées du côté de la mairie de Dakar pour botter en touche, «des études de faisabilité ont été faites et ont montré qu’il n’y jamais eu d’infiltration d’eau dans cette zone». A la place, elles dénoncent une cabale politique orchestrée par le régime pour «liquider Khalifa Sall ». «C’est le premier ministre, Abdoul Mbaye, le bras armé de l’APR dans son combat contre le maire, qui a activé la DESCOS», ont-elles accusé sur les colonnes du journal, «L’As» qui enfonce le clou avec le fameux recasement des marchands ambulants qui tarde à prendre forme avec le président Sall et son régime.

Pis, l'ancien ministre de l'intérieur, Mbaye Ndiaye qui ne cache plus sa convoitise pour le fauteuil de Khalifa Sall en vue des locales prévues dans neuf mois à peu prés, a annoncé la couleur, précisent nos confrères, en "s'appuyant sur le directeur général de l'Agence nationale d'appui aux marchands ambulants, Salihou Keïta" pour s'adjuger les faveurs des "ennemis de l'actuel maire. 


Lundi 6 Mai 2013 - 11:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter