«Arrêter de transformer la question de la Sonatel dans une espèce de domination de la France», Jean Félix Paganon



Jean-Félix Paganon s’est prononcé sur l’externalisation de la Sonatel qui concentre le courroux du personnel de cette entreprise depuis quelques mois. Un dossier où certains accusent le pays de Marianne, à travers France Télécoms d‘être un partenaire «néocolonialiste». «Vous savez, la tendance lourde de la part de tous les opérateurs téléphoniques est d’externaliser la maintenance de leurs réseaux. Quand on se tourne vers un fabricant de matériaux téléphoniques, il est assez logique de lui demander la maintenance de ce matériel. Les opérateurs deviennent essentiellement des producteurs de contenus, c’est-à-dire la multiplication des possibilités offertes par les téléphones portables ou les tablettes en termes de musique, de films ou de communication entre les gens. Ce qui se fait dans le monde peut se faire au Sénégal. Je ne connais pas les intentions de la Sonatel mais cela n’a rien à voir avec le néo-colonialisme», clarifie-t-il dans «Le Quotidien».
 
Il se dit «convaincu que si Orange devait se diriger dans cette direction ici au Sénégal, toutes les garanties seraient apportées au personnel pour que les conditions de ce transfert se ne fassent pas au détriment des travailleurs». Après avoir rappelé que la Sonatel est une entreprise sénégalaise dont 99,9% du personnel sont des Sénégalais, Jean-Félix Paganon hausse le ton envers les détracteurs de la France : «Il faut arrêter de transformer la question de la Sonatel dans une espèce de domination de la France sur l’économie sénégalaise. La Sonatel est un fleuron de l’économie sénégalaise. Cela n’a rien à voir avec un projet néo-colonialiste français». En même temps, il s’insurge contre ceux qui estiment que la société Total a la mainmise sur le marché sénégalais en termes de distribution de carburant au Sénégal. «Total est très loin de dominer le marché», conclut-il.


Mercredi 1 Juin 2016 - 11:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter