Arrêtez de dire force reste à la loi, si force ne reste pas à la loi !



Arrêtez de dire force  reste  à la loi, si force ne reste pas à la loi  !
Force n'est jamais restée à la loi mais plutôt aux hommes. Les hommes dictent les lois, les bafouent et modifient en fonction de leur guise selon le contexte. La première des lois est la constitution et elle ne cesse de subir des retouches et des critiques. Pour preuve le droit de manifester se lit noir sur blanc dans la constitution. Et chaque fois que besoin se fait sentir selon l'humeur des chefs, ce droit est piétiné et massacré pour soi-disant « trouble a l'ordre public ».
Pour rappel, une manifestation est avant tout un rassemblement de personnes pour des festivités ou des activités professionnelles ou commerciales. Communication événementielle.
Une manifestation est également un acte collectif se prononçant en faveur ou défaveur d'une opinion politique ou pour d'autres causes.
L'opposition pensant que la politique actuelle déroulée par le régime en place n'est pas en phase avec les attentes du peuple. Si l'opposition pense que le peuple a été manipulé et trahi, rien ne doit empêcher à ce groupe de l'opposition de dénoncer par une manifestation comme le dit la constitution.
En plus de garantir à tous les citoyens des libertés individuelles fondamentales, la constitution dans son article 8 est claire : “ ... - les libertés civiles et politiques : liberté d'opinion, liberté d'expression, liberté de la presse, liberté d'association, liberté de réunion, liberté de déplacement, liberté de manifestation;
- les libertés culturelles, - les libertés religieuses, - les libertés philosophiques, - les libertés syndicales, - la liberté d'entreprendre, - le droit à l'éducation, - le droit de savoir lire et écrire, - le droit de propriété, - le droit au travail, - le droit à la santé, - le droit à un environnement sain, - le droit à l'information plurielle,....” Et que toute atteinte aux libertés et toute entrave volontaire à l'exercice d'une liberté sont punies par la loi selon cette même constitution.
De mon point de vue, le PDS et allies doivent déposer une plainte auprès du procureur de la république pour dénoncer le comportement du gouverneur. Privilégier le sommet de la francophonie au détriment des libertés de citoyens Sénégalais, un acte de complexe et suiveur de deuxième ligne.
Il doit être poursuivi en justice pour non-respect du texte fondamental.
Vous devez organiser notre marche de gré ou de force parce que force ne doit rester à la loi que pour des hommes qui le savent qui ont des convictions solides. La loi est pour tout le monde, elle est impartiale.


Monsieur le gouverneur : L'"impartialité" est la règle selon laquelle il convient que les juges et les arbitres soient indépendants au regard l'autorité de l'État et neutres à l'égard des parties.
 
Vive le SENEGAL
Modou FALL
Degg moo woor
 


Lundi 10 Novembre 2014 - 13:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter