Arriérés du loyer de 20 milliards : quand l'Etat appauvrit ses bailleurs



Arriérés du loyer de 20 milliards :  quand l'Etat appauvrit ses bailleurs

L'effectivité de la loi sur la baisse du loyer se fait de plus en plus ressortir sur la dépense quotidienne des ménages à revenus moyens. Mais la situation est loin d'être réjouissante chez les bailleurs de l'EtatCertains d'entre eux constatent depuis quelque temps des retards sur le payement des loyers consentis par l'Etat. Ces bailleurs pensaient qu'il serait soulagé en traitant avec l'Etat. Mauvais calcul, car ils se retrouvent avec d'arriérés de paiement de plus d'un an et demis. D'ailleurs, on chiffre à 20 milliards l'enveloppe que l'Etat doit à ses bailleurs.
 


Selon les propriétaires des immeubles occupés par l'Etat, le plus désolant, c'est que la direction du patrimoine bâti qui a en charge ce volet, plusieurs fois saisie par courrier, ne se donne même plus la peine de répondre aux correspondances. « L'Etat doit trouver le moyen de nous payer nos loyers. C'est intenable. Le préjudice s'estime à coups de millions. Imaginez qu'il s'agit d'un père de famille à la retraite dont les enfants sont en âge d'étudier. Comment va-t-il faire ? », se demande l'interlocuteur au bord d'une crise de nerfs.
 


Pourtant, les autorités semblent décidées à faire le ménage dans ce secteur. En effet, lors du Conseil des ministres du 8 août le président Macky Sall avait annoncé l'abandon des logements conventionnés qui devraient être remplacés par des indemnités. D'ailleurs, l'As quotidien avait annoncé des mises en demeure servis à 725 fonctionnaires dont 57 magistrats pour libérer les logements au plus tard fin juin 2014. Et la nouvelle avait fait sortir l'Union des Magistrats du Sénégal (UMS) de ses gonds.
 


Le directeur du patrimoine bâti de l'EtatAliou Mara confirme que cela fait un an et demi que l'Etat n'a pas payé de location à certains bailleurs. « Cela concerne le quatrième trimestre 2012 et toute l'année 2013 et le premier trimestre de 2014 », reconnait M. Mara avant d'ajouter que « le problème du patrimoine bâti est structurel ». Avec le budget de 2014, il promet de payer les arrières de 2013 et une partie du dernier trimestre de 2012.



Lundi 31 Mars 2014 - 11:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter