Arrivée de Wade : la partie remise, l'incompréhension demeure

Maître Abdoulaye WADE, secrétaire général national de notre parti, dont le retour au pays était prévu hier à 16 heures a été bloqué à Casablanca. La manifestation n'est que partie remise au vu des nombreuses manœuvres du comité directeur de son parti qui semble n'avoir pas dit son dernier mot.



C'est l'incompréhension totale sur les raisons invoquées pour justifier le défaut d'autorisation pour l'atterrissage de Me Abdoulaye Wade. Pour les libéraux du Pds, les justifications fournies par les autorités « sont tout aussi farfelues que contraires à la vérité ».

Selon Oumar Sarr, l'avion à bord duquel le président Wade avait pris place n'a, jusqu'à 19 heures, était autorisé à atterrir en dépit de la requête qui a été faite et déposée dans les délais. Il ajoute que c'est une manifestation de la volonté de Macky SALL de transformer notre système démocratique en un système autoritaire.
Pour Horizon Sans Frontière, "Ce  qui se passe aujourd’hui dans notre pays est une grave violation de l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule  le droit  pour  tout homme de quitter tout pays ,y compris le sien, et d’ y revenir". 


Mais pour autant, il semblait que les sénégalais, militants partis amis et alliés se sont mobilisés pour l'accueil de l'ancien président de la République.(Vidéo)


Au dernier nouvel, la communion des libéraux avec leur secrétaire général n'est que partie remise. « Pour permettre à tous ceux qui le désirent de venir encore plus nombreux et plus enthousiastes pour l'accueillir notre parti a proposé à Me WADE, qui l'a accepté, de reporter son retour à vendredi 25 avril 2014 et éviter ainsi tout prétexte du gouvernement pour expliquer un éventuel refus d'autorisation d'atterrissage », renseigne Oumar Sarr, le coordonateur du Pds.



Jeudi 24 Avril 2014 - 11:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter