Assane Dioma Ndiaye contre la sortie du Procureur de la République: « On assiste à une justice spectacle »




La Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH) au chevet d’Aïda Ndiongue. Assane Dioma Ndiaye fustige la sortie du procureur de la République en date d’hier sur le fumeux dossier du plan Jaxaay qui vaut à la responsable libérale un placement sous mandat de dépôt depuis le 17 décembre dernier à la prison du camp pénal. Le droit de l’hommiste crie au viol du secret de l’instruction. On assiste de plus en plus à une « justice spectacle » selon le président de la LSDH qui parle le même langage que les avocats que la membre du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) qui récusent eux-aussi la tournure du dossier de leur cliente.


 «  Pour une part, je pense que réellement le procureur a violé le secret de l’instruction. Il est évident que la société de l’information aujourd’hui bouleverse tout. On ne plus s’en tenir aux règles séculiers de la procédure pénale comme il y a dix (10) ans, 20 ans. De plus en plus, effectivement aussi bien en Afrique qu’en Europe d’ailleurs même pour des reconstitutions de faits qui relèvent de l’information, on note des communications du Parquet. Donc, ce n’est pas le principe de communiquer qui pose problème mais c’est l’exhaustivité, je pense. On a donné tellement de détails de sorte qu’on assiste à ce qu’on appelle, une justice spectacle. Quand on donne des comparaisons, on essaie de dire même que pour telle somme, un sénégalais peut vivre pendant 100 ans. Je pense qu’on est allé au-delà du nécessaire. Si le souci était de satisfaire le droit à l’information des citoyens sénégalais, on aurait compris mais là, j’estime qu’on ne pouvait pas donner des détails, les montants retrouvés et faire certaines comparaisons, certaines spéculations. Je pense réellement qu’on a violé le secret de l’instruction », fulmine Assane Dioma Ndiaye.


Face à la presse hier, le Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye a parlé de pas moins de 47, 675 milliards issus de perquisitions des comptes d’Aïda Ndiongue entre bijoux et sommes d’argent. De faramineuses découvertes sur lesquelles le Procureur n’avait pas manqué d’ironiser en ces termes : « Ce serait le montant cumulé si on donnait à chaque citoyen le somme de 3 665 F CFA. En d'autres termes, c'est la dépense quotidienne d'un million 300 000 F CFA pour une personne qui vit pendant 100 ans ».


Samedi 18 Janvier 2014 - 13:27




1.Posté par demba_s le 18/01/2014 14:40
Je pense que ce Assane Dioma Ndiaye n'est pas crédible. Il tire sur tout ce qui bouge, je ne le comprend pas vraiment.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter