Assemblée Nationale: les députés toutes griffes dehors contre la Sonatel

Les représentants du peuple ont décerné une motion de censure à la Société de télécommunications et des Postes du Sénégal (SONATEL). Les élus ont profité du passage du ministre Yaya Abdoul Kane pour étaler un chapelet de griefs contre le leader de la téléphonie au Sénégal : Couverture du réseau, tarifs et réseau autant de motifs d’insatisfaction pour que les députés réclament le non renouvellement du contrat de concession qui arrive à expiration en 2016.



Les députés ont exprimé hier lors du passage du ministre des Télécommunications et des Postes Yaya Abdoul Kane toutes leurs  frustrations à l’encontre de la Sonatel. Des récriminations qui sont essentiellement de trois ordres : la couverture et la qualité du réseau, les tarifs et le paiement des redevances  avec comme toile de fond les 800 milliards de Fcfa de chiffres d’affaires et les 170 milliards annuel de bénéfices. C’est le député Zator Mbaye qui a ouvert les hostilités en reprochant à la Société de téléphonie Sonatel de ne ne pas participer à la résorption du chômage au Sénégal. "Au même moment, la société continue de partager des dividendes tout en refusant de payer des taxes", déplore ce député proche du Président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse dans "Enquête".

Son collègue Barthélémy Dias, par ailleurs maire la  commune de Mermoz Sacré-Cœur a voulu être plus concret avec des  chiffres à l’appui et d'après lui, la Sonatel lui a proposé la somme de 1.889.990 F CFA pour le paiement des installations sur le périmètre de sa commune alors qu’au même moment la , SENELEC société déficitaire lui a payé 128 millions de F CFA et la SDE a déboursé trois fois plus. Le socialiste de se demander comment une société comme la Sonatel lui propose des sommes aussi modiques alors qu’elle se targue de faire des bénéfices de centaines de milliards de F CFA. Suffisant pour que Zator Mbaye revienne à la charge pour demander le non renouvellement du contrat de concession qui arrive à terme en 2016.

Cloué au pilori par certains  députés, d’autres n’ont pas hésité à porter la robe pour défendre la Sonatel parmi eux Me El hadji Diouf, qui attire l’attention de ses collègues sur les tirs groupés contre la Sonatel « Parler d’arrogance me parait excessif. On a même demandé à certains de ne pas renouveler le contrat alors que la Sonatel emploie  des milliers de jeunes et verse des milliards à l’Etat », précise Me Diouf.
Et, pour apaiser la situation la député Hélène Tine a proposé la mise sur pied d’une plateforme de dialogue, laquelle plateforme va servir de cadre de discussion sur les questions de dividendes.

Interpellé sur toutes ses questions le ministre des Télécommunications et  des postes a pointé un doigt accusateur sur l’Artp et sur le ministère en charge des collectivités locales qui doivent étudier la question.  Et chacune des interpellations Yaya Abdoul Kane s’est contenté de répondre qu’on va demander à l’Artp de jouer davantage sa mission de régualtion.
 

Khadim FALL

Vendredi 27 Novembre 2015 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter