Assemblée des cadres libéraux de Dakar : Ousmane Ngom, Djibo Ka et Timis au menu

Djibo Leyti Ka, Me Ousmane Ngom et Frank Timis déclenchent les foudres de la Cellule des Cadres Libéraux de Dakar (CCLD). Ces derniers qui se sont réunis ce mardi à la permanence dans les locaux du Parti démocratique sénégalais (Pds) ont déploré la position des deux hommes politiques et de Frank Timis, et ont approuvé les activités qui seront organisées par Mankoo Wattù Senegaal.



Assemblée des cadres libéraux de Dakar : Ousmane Ngom, Djibo Ka et Timis au menu
La sortie de Me Ousmane Ngom consacre «l’immaturité intellectuelle de quelqu’un qui a occupé de hautes responsabilités gouvernementales et qui se révèle être incapable de mesurer la portée de ses élucubrations», ont martelé les membres de la CCLD.

La posture du dernier ministre de l’Intérieur sous le régime de Me Wade est déplorée par cette instance du Pds qui «regrette surtout qu’un homme, dont l’esprit s’est ouvert à la réalité du monde grâce à Maître Wade, tombe aussi bas et se laisse instrumentaliser pour échapper à une cour de justice elle-même instrumentalisée (la Crei), et surtout qu’il réussisse le tour de force de s’illustrer aussi tristement». 

Après Me Ngom, c’est autour de Djibo de faire les frais de l’ire de ces libéraux. Ces dernier dénoncent  ses « soi-disant conseils avisés suggérant le prolongement du mandat des députés par le couplage présidentielle/législatives. A ce monsieur dont tous les Sénégalais ont identifié la promptitude à virer de bord, au gré des râteliers, la CCLD recommande tout bonnement de méditer ces paroles de Montesquieu : «Ne sentirons-nous jamais que le ridicule des autres?» 

Revenant sur la plainte déposée par Frank Timis contre 11 membres de Manko Wattù Senegaal et de la société civile, la CCLD y voit une aubaine qui permettra de lever les zones d’ombres entourant les conditions dans lesquelles les contrats d’exploration lui ont été cédés.

 Car, affirme la CCLD «dans tous les cas, loin de constituer une menace pour ceux que monsieur Timis qualifie de diffamateurs, cette plainte est une aubaine pour les défenseurs des intérêts du Sénégal réunis dans l'opposition et la société civile, pourvu que le procureur de la République diligente l’affaire et que, dans les meilleurs délais, l’on puisse voir le bien du peuple revenir au peuple et non à une famille et à ses thuriféraires». 

Ousmane Demba Kane

Jeudi 13 Octobre 2016 - 11:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter