Assemblée : plaidoiries des députés en faveur de la peine de mort

Hier, des députés sont longuement revenus sur la recrudescence des crimes au Sénégal. Et certains d’entre eux en sont venus à réclamer le rétablissement de la peine de mort. Car, pensant que c’est la seule chose à faire pour lutter contre ce fléau.



«C’est une dissuasion. Elle permet aussi de réparer des torts. La vie et la mort sont une affaire divine. Un Etat doit écouter son peuple. On ne doit pas considérer que c’est une affaire archaïque, ni dépassée. La peine de mort doit revenir au Sénégal. J’ai consulté beaucoup de mes collègues députés, mais ils m’ont, en majorité, dit qu’ils sont favorables à son retour », a déclaré Imam Mbaye Ndiaye au ministre de la Justice.

Son courroux est suscité par la recrudescence des crimes au Sénégal. Laquelle recrudescence a frappé au cœur des institutions du pays, avec l’assassinat de la 5ième vice-présidente du Conseil économique, sociale et environnementale (CESE).

Contre ceux qui dénoncent la  «barbarie» que constitue la peine de mort, Imam Mbaye Niang lance : «Si on réintégrait la peine de mort, les tueries allaient connaître une baisse. La démocratie veut qu’un Etat soit attentif aux souhaits formulés par son peuple. Et il se trouve qu’aujourd’hui les Sénégalais ne se retrouvent pas dans cette abrogation de la peine de mort».

Cet avis est partagé par sa collègue Mously Diakhaté. Pour cette dernière, la peine de mort est d’autant plus factuelle qu’elle émane directement de Dieu qui «dans les livres sacrés, a recommandé la pratique de la loi du talion. 

Abondant dans ce sens, Seydina Fall Bougazzeli, comme il l’avait promis, a défendu cette loi qu’il estime à même de protéger les citoyens sénégalais contre la barbarie que constituent les tueries  de personnes innocentes.

«J’ai vu à Guédiawaye des gens qui, pour sauver un de leurs  proches  coupable d’un meurtre, sont partis lui chercher des documents attestant sa déficience mentale. Je ne m’en cache pas. Je plaiderai toujours le retour de la peine de mort pour punir ceux qui sont coupables de meurtres», a-t-il pesté. 

Rejoignant ses collèges, Amy Cheikh Yade, a, elle aussi réclamé le retour de la peine capitale d’autant plus que : «tous ceux qui disent non à cette peine capitale n’ont pas encore perdu un être cher, dans ces situations».

Ce constat est aussi fait par Fatou Thiam pour qui cette loi est nécessaire «pour que la paix revienne au Sénégal».

Ousmane Demba Kane

Mardi 6 Décembre 2016 - 08:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter