Assises Ziguinchor: Condamné à deux ans de prison, le cultivateur sort libre



Assises Ziguinchor: Condamné à deux ans de prison, le cultivateur sort libre
La Cour d’assises de Ziguinchor (Sud) a condamné jeudi l’accusé Coly Seydi à deux ans d’emprisonnement ferme après avoir disqualifié les faits de meurtre, pour les qualifier de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.
 
En détention provisoire depuis le 26 janvier 2011, le cultivateur âgé de 26 ans aux moments des faits, recouvre donc la liberté. Il devra toutefois payer 500.000 francs CFA à titre de dommages et intérêts à la partie civile.
 
La Cour d’assises a, par ailleurs, déclaré mal fondé l’exception de nullité du dossier soulevée par la défense, en relevant que la procédure est régulière.
 
Les faits pour lesquels Coly Seydi est envoyé devant la Cour d’assises remontent au 20 juin 2006 à Saré Waly, dans la région de Kolda.
 
Des militaires basés dans la localité ont informé la brigade de gendarmerie de Kolda du décès de Niouko Kandé qui venait d’être mortellement poignardé par Coly Seydi.
 
Le mis en cause a fui son village pour se réfugier en Gambie puis à Dakar où il a été interpellé le 25 juillet 2011.
 
La nuit des faits, lors d’une dispute avec son épouse Assy Baldé, l’accusé a poignardé mortellement la victime qui avait tenté de s’interposer entre eux.
 
A la barre, Coly Seydi a déclaré que la victime l’avait violemment battu lorsqu’il s’était disputé avec son épouse. Ils se sont battus ensuite et de retour dans son domicile, il avait constaté que Niouko Kandé l’avait blessé. C’est en ce moment qu’il avait pris la décision de se venger en s’armant d’un couteau.
 
Ils se sont bagarrés et il a poignardé la victime qui s’est tombée devant son domicile où elle voulait chercher une machette.
 
L’avocat général El Hadji Alioune Abdoulaye Sylla a requis cinq ans de travaux forcés contre Coly Seydi.
 
La défense a fait observer que les seuls éléments viables dans le dossier sont les déclarations faites à la barre par son client.
 
‘’L’excuse de la provocation est la seule arme de défense pour mon client’’, a dit Me Boubacar Badji qui a demandé, du coup, à la Cour de disqualifier les faits en coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner.
 
La Cour d'assises l’a suivi en disqualifiant les faits. Finalement, Coly Seydi est condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour ce délit. Mais, il devra payer 500.000 francs à la partie civile à titre de dommages et intérêts.
APS


Vendredi 9 Mai 2014 - 12:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter