Attaque d’une base militaire kényane en Somalie: le Kenya ébranlé

Le Kenya est en état de choc, après l'attaque meurtrière d'une base militaire kényane en Somalie, vendredi 15 janvier, par les jihadistes du groupe al-Shabab. Sur le terrain, plusieurs soldats kenyans seraient toujours retenus en otage par les islamistes somaliens. D'autres se cacheraient dans les alentours, tandis qu'une opération de secours a été lancée par l'armée kényane. En attendant, les blessés et les survivants sont rapatriés, par petits groupes, à Nairobi.



A la une des journaux de Nairobi, figurent les visages des survivants à leur descente d'avion. Ce lundi 18 janvier, c'était 16 soldats blessés, aux visages fermés, récupérés parfois deux jours après l'attaque, dans la brousse somalienne autour de la base d'El Adde.

Côté officiel aussi, les visages sont graves. Le chef d'état-major de l'armée kényane, Samson Mwathethe, fait le point devant la presse.

« Nous avons engagé une opération de secours. Nous allons les combattre jusqu'au fond de leurs cachettes, enfumer leurs tanières et les poursuivre jusqu'au bout, en l'honneur de chaque goutte de sang versée par nos compatriotes », a déclaré Samson Mwathethe.

Aucun bilan n'a été encore communiqué par l'armée kényane, qui n'est pas habituée à faire état de ses pertes en Somalie. De son côté, le groupe jihadiste al-Shabab a l'habitude d'exagérer le bilan de ses opérations. Il parle aujourd'hui de 121 morts.

Le gouvernement demande aux Kényans de faire preuve de calme face à l'épreuve, à l'image de la secrétaire d'Etat à la Défense, Rachael Omamo : « Nous devons rester unis. Nous ne devons pas nous soumettre face à cette attaque. S'il-vous-plaît, soyez patients. L'information sera publiée dès qu'elle aura pu être vérifiée. Nous sommes déterminés à faire revenir nos hommes au pays ».

Selon des sources en Somalie, de violents combats ont encore lieu sporadiquement dans El Adde. Des avions kényans viendraient, en appui de troupes au sol, dans un effort pour reprendre le secteur et libérer ceux qui se cachent et ceux qui ont été capturés.

Source : Rfi.fr



Mardi 19 Janvier 2016 - 08:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter