Attaque du Louvre: l'assaillant est sorti du silence et a confirmé son identité



Après s'être muré dans le silence à deux reprises, l'auteur présumé de l'agression contre des militaires au Louvre a accepté lundi de répondre aux questions des enquêteurs. Il a confirmé qu'il s'appelait bien Abdallah El Hamahmy et qu'il était de nationalité égyptienne.
 
Depuis son lit d'hôpital, où il est placé en garde à vue, l'assaillant du Louvre est sorti de son silence. Après deux auditions infructueuses, l'homme suspecté d'avoir attaqué à la machette une patrouille de militaires vendredi dernier a finalement accepté de répondre aux questions des enquêteurs. Il a été entendu brièvement lundi.
 
"Il a décliné son identité et a donné sa première version des faits", indique une source proche de l'enquête à L'Express. Le jeune homme a notamment confirmé qu'il s'appelait Abdallah El Hamahmy, qu'il avait 29 ans et qu'il était un ressortissant égyptien. A deux reprises dimanche, il avait refusé de répondre aux questions des policiers venus l'entendre après son opération. Grièvement blessé à l'abdomen par des tirs de riposte lors de l'attaque, il est désormais hors de danger.
 
Des motivations encore inconnues
A ce stade, les motivations de son acte restent encore inconnues. Les enquêteurs cherchent à savoir s'il a agi seul ou sur instructions. En raison des cibles et du lieu symboliques choisis, la piste terroriste est privilégiée. Une enquête a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris. Au moment de se précipiter sur les militaires, l'homme avait proféré des menaces et avait crié "Allah Akbar". Des messages suggérant une adhésion à l'idéologie djihadiste avaient également été retrouvés sur un compte Twitter ouvert à son nom. 
 
C'est en exploitant l'iPhone 7 retrouvé sur lui que les enquêteurs se sont mis sur la piste d'un Egyptien de 29 ans. Ils ont découvert qu'un certain Abdallah El Hamahmy était arrivé en France fin janvier depuis Dubaï, où il vivrait, et avait loué un appartement pour une courte durée dans le 8e arrondissement de Paris. Le suspect avait réservé un billet retour pour les Emirats Arabes Unis à la date du 5 février. L'identité qu'il a déclinée au moment du dépôt de son visa -et désormais auprès des enquêteurs- doit être encore confirmée par les autorités égyptiennes.
 
Dans un entretien à l'AFP, le père d'Abadallah El-Hamahy a indiqué n'avoir décelé aucun signe de radicalisation chez son fils et a assuré que ce dernier menait une vie ordinaire à Dubaï. Selon lui, l'assaillant présumé est directeur commercial, est marié et père d'un enfant de sept mois.

lexpress.fr

Mardi 7 Février 2017 - 10:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter