Attentats à Ndjamena: les Tchadiens refusent de céder à la panique

La vie a repris dans la capitale tchadienne après l’attentat qui a causé la mort de seize personnes samedi au marché central. C'est la troisième attaque en moins d'un mois à Ndjamena après la double explosion du 15 juin et le suicide collectif de terroristes lors de leur interpellation le 29 juin dernier. Mais la population essaye de ne pas céder à la panique.



Un policier tchadien aux abords du marché central de Ndjamena frappé par un attentat le 11 juillet 2015. REUTERS/Moumine Ngarmbassa
Un policier tchadien aux abords du marché central de Ndjamena frappé par un attentat le 11 juillet 2015. REUTERS/Moumine Ngarmbassa

Ce dimanche, après la rupture du jeûne, juste après 20 heures, Karambé, Moussa et Djiddi s’apprêtent à passer une nuit de prière comme le recommande l’islam en cette période de ramadan. Mais les esprits restent marqués par les attaques  que la capitale tchadienne a connues depuis la mi-juin. « Avant on en entendait parler seulement à la radio ou à la télé, mais la même chose est arrivée ici. Avec ce qui s’est passé samedi ou le double attentat du 15 juin  en passant par celui du 29 juin, c’est difficile. Malgré tout, nous, notre esprit est serein, » assure l'un d'eux.

D’autres s’en remettent à Dieu avec l’espoir que les efforts des services de sécurité permettront d’éloigner le danger. « Avec tout ce qui advient, nous comptons toujours sur notre Bon Dieu pour qu’il nous protège et pour qu’on nous évite tous ces actes de ces malfaiteurs qui se transforment en Boko Haram », indique-t-il.

Pour les trois jeunes, il faut que tous les Tchadiens se donnent la main pour combattre le terrorisme. Et quand on leur demande par exemple s’ils ne redoutent pas, par ces temps, l’affluence des mosquées, l’un d’eux répond : « Moi, personnellement, j’irai à la mosquée, je vais prier tranquillement comme tout musulman. Je n’ai pas peur. »

 

Rfi.fr

Lundi 13 Juillet 2015 - 06:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter