Attentats de Paris : le mystère plane toujours sur le sort d’Abdelhamid Abaaoud, « cerveau » des attaques

Abdelhamid Abaaoud a-t-il été tué mercredi dans l'assaut de Saint-Denis ? Est-il en fuite en France ? Au lendemain de l'assaut de Saint-Denis, au nord de paris, l'incertitude plane toujours jeudi sur le sort du cerveau présumé des attentats du 13 novembre.



Attentats de Paris : le mystère plane toujours sur le sort d’Abdelhamid Abaaoud, « cerveau » des attaques

Seule certitude : l’assaut mené mercredi 18 novembre au petit matin par les policiers du Raid et de la BRI à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) visait bien celui qu’on surnomme, au sein de l’État islamique, Abou Omar al-Baljiki (« le Belge » en arabe). Un homme bien connu des services de renseignement et soupçonné d’être l’organisateur des plus sanglants attentats de l’histoire française, qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés vendredi 13 novembre.

Laborieux travail d’identification des corps

Cette opération a débouché sur l’arrestation de huit personnes, placées en garde à vue. Mais ni Abaaoud, ni Salah Abdeslam, autre suspect toujours recherché, n’en font partie, a affirmé mercredi le procureur de Paris François Molins. Les enquêteurs sont désormais suspendus aux conclusions des équipes de police technique et scientifique, engagées dans un laborieux travail d’identification des corps retrouvés sur place et sévèrement abîmés par les violentes fusillades et explosion.

François  Molins a fait état d' »au moins deux morts » parmi les occupants de l’appartement : un « corps criblé d’impacts » et non identifiable visuellement, et une personne qui s’est faite exploser à l’arrivée des policiers d’élite, vraisemblablement celui d’une femme. « Mais ce point devra cependant être vérifié par l’examen des corps et des débris de corps », a-t-il précisé. Selon les informations de Jeune Afrique, celle-ci serait la cousine du cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud. Son nom : Hasna Aitboulahcen.

Le ministère de l’Intérieur n’a également « pas exclu » qu’un « troisième terroriste » ait pu être tué, les constatations étant compliquées par l’état des corps morcelés.
source:jeune Afrique


Dior Niang

Jeudi 19 Novembre 2015 - 07:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter