Attribution des terrains de la VDN : Le président Wade impliqué dans le partage

Dans le rapport n°63/2007 de l’Inspection Général de l’Etat (IGE), l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade a cédé des terrains dans cette zone à des familles religieuses, des membres du gouvernement, des magistrats... Des doublons ont été constatés sur plusieurs titres fonciers. Ce qui est à l’origine des démolitions en cours sur cette zone.



Les terrains touchant le domaine aéroportuaire sont litigieux. Des sociétés comme Tobago et Teylium qui ont déjà construits, sur les lieux sont poursuivies devant le Tribunal de Dakar, par Seydi Dial Thiaw Lahi, fils du défunt Khalife général des Layènes, pour occupation de terrain appartenant à autrui.
 
Le marabout joint au téléphone par nos confrères de « L’Observateur », explique « qu’il ne veut pas trop s’épancher pour ne pas gêner la République, comme les magistrats, les ministres et toute l’Administration domaniale et l’Urbanisme ». Par ailleurs, il a tenu à préciser que, « ni lui, ni le Khalife des Layènes n’est mêlé de près ou de loin dans les démolitions ».
 
En effet, des terres ont été attribuées, sur la VDN, au défunt Khalife général des Layènes, Mame Alassane Thiaw Lahi, via ses héritiers représentés par Seydi Dial Thiaw Lahi, suite à une directive du Président Abdoulaye Wade issue du rapport n°63/2007 de l’IGD.

L’ex-chef d’Etat, Me Wade a décidé par voie d’échange, de donner des terrains aux héritiers de Mame Alassane Laye, suite aux terrains cédés par l’ex-khalife à l’Etat, pour la construction du lycée Seydina Issa Rohou Laye des Parcelles Assainies ainsi que la Direction des impôts et Domaines.

La Sci Pro-mobilière qui a bénéficié de terrains dans cette zone a cédé 2ha à Tobago. Et la société dirigée par les Ivoiriens paie au comptant et en liquide 5 milliards de F CFA au propriétaire de la société immobilière. Puis, 1ha6a est aussi vendu à la société Teylium de Yérim Sow.
 
Contre toute attente, et jouissant de son statut d’opposant, Me Wade s’est apitoyé sur le sort peu enviable des propriétaires des maisons et constructions démolies de la cité Tobago. Dans sa plaidoirie, il a fait remarquer que même s’il arrive que quelqu’un construise sur la route, c’est à la justice de le détruire et non au gouvernement. Me Wade s’est également engagé à un accompagnement juridique. « Qu’ils prennent des avocats, je me chargerai de les payer ». 


Vendredi 12 Juin 2015 - 08:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter