Au Burkina, la Cédéao prône la libre circulation en Afrique de l’Ouest

Ouagadougou abrite depuis ce 4 juillet un forum régional sur la libre circulation des personnes et des marchandises dans l’espace Cédéao. A l’ouverture de ce forum, le président a souligné que la zone de libre-échange peine à « fonctionner de manière satisfaisante ».

Exemples dans le sud du Sénégal où les habitants souffrent de l'enclavement de la région et à la frontière entre la Guinée et le Mali où le transport clandestin se développe de plus en plus.



Des transporteurs de marchandises à Farafenni en Gambie, à la frontière avec le Sénégal. Wikimédia/Ikiwaner
Des transporteurs de marchandises à Farafenni en Gambie, à la frontière avec le Sénégal. Wikimédia/Ikiwaner

Selon Kadré Desiré Ouedraogo, président de la Commission de la Cédéao, les citoyens sont quotidiennement confrontés « au racket, à l’intimidation, au harcèlement des agents de police, de gendarmerie, des douanes et de l’administration » en poste aux frontières.

Au Sénégal, à Ziguinchor dans le sud du pays, où s'est rendue l'envoyée spéciale de RFI, les habitants souffrent de l'enclavement. Pour se rendre à Dakar, la capitale, il leur faut prendre la route. Une étape qui peut durer plusieurs heures, en raison des nombreuses tracasseries rencontrées à la frontière gambienne. C'est le cas des transporteurs qui font transiter chaque jour des marchandises venant du Sud pour les acheminer à Dakar.

Des discussions de plusieurs jours

Assane Mbaye vérifie ainsi constamment l'état de son chargement. Son camion est rempli de mangues, qu'il doit amener à Dakar pour approvisionner les marchés de la capitale. Seulement, avant son départ, ce vieux routier a toujours un doute : la durée du voyage est aléatoire, à cause des nombreux contrôles au niveau de la frontière gambienne.

« A chaque fois, explique-t-il, on nous demande de décharger nos camions, les douaniers inspectent les produits. Normalement, ils devraient juste utiliser un pont à bascule pour peser nos camions et voir s'ils ne dépassent pas les 50 tonnes autorisées. Mais ils n'en n'ont pas et cela nous pose problème. » Résultat : les discussions peuvent durer plusieurs jours. Et cela a un coût.

« Souvent, poursuit Assane Mbaye, on doit stationner pendant 10 à 15 jours. Et tous les jours d'attente, nous dépensons 5 000 francs CFA pour manger. On nous impose de payer 50 000 francs CFA la traversée du bac. Lorsqu’on transporte des mangues, on doit parfois négocier pour éviter d'attendre et de voir pourrir les fruits. »

En début d'année, les transporteurs sénégalais avaient rejeté les nouvelles tarifications du bac et boycotté le passage de la transgambienne. Cela avait duré plusieurs mois. « Cela nous avait couté très cher car certains véhicules ne sont pas en bon état et ils ne peuvent pas faire un long trajet, affirme Lansana Konté, secrétaire général des transporteurs de Ziguinchor. Mine de rien, on peut dépenser le double du carburant qu’à l’ordinaire en Gambie. »

Pour atténuer ces problèmes, les transporteurs misent sur la construction d'un pont, mais ce projet, financé par la Banque africaine de développement, connaît du retard.

Des commerçants rackettés entre le Mali et la Guinée

Entre le Mali et la Guinée, c'est plutôt le racket qui est mis en cause. L'expression selon laquelle la Guinée et le Mali sont deux poumons dans un seul corps ne semble pas etre effective pour les commerçants. A Kourémalé, ville qui traverse la frontière, les marchands des deux bords accusent les policiers de les rançonner. Ils seraient contraints de payer 1 000 à 1 500 francs CFA à chaque traversée, qu'ils soient en règle ou pas.

Koumba Diakité, vendeuse de bijoux et de boubous traditionnels, se rend regulièment à Bamako par la route. Apres trois ans d'activité, elle indique qu'elle ne pourra pas supporter encore longtemps cette situation. Elle envisage de restreindre son commerce, voire de changer de métier.

D'autres estiment n'avoir pas le choix. Comme des centaines d'autres, Nankoumba Doumbouya, revendeur de téléphones portables à Siguiri, se tourne desormais vers le transport clandestin.

L'activité, organisée en général par des motards, consiste à dissimuler et à transporter la marchandise en contournant Kourémalé, pour échapper au contrôle douanier. Une réalité que déplore le commerçant guinéen qui regrette que la libre circulation des personnes et de leurs biens en Afrique de l'Ouest n'existe, en fait, que sur le papier.

Source : Rfi.fr
 



Dimanche 6 Juillet 2014 - 04:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter