Au Mali, les islamistes abattent ceux qu'ils accusent de «collaborer»

Les islamistes organisent des assassinats de plus en plus ciblés dans le nord du Mali contre ceux qu'ils appellent « les informateurs de l'adversaire ». En moins d’un an, onze personnes accusées à tort ou à raison d’être des informateurs au profit des militaires français, du gouvernement malien ou du MNLA, ont été tuées.



Une patrouille de militaires maliens passe devant des civils. REUTERS/Joe Penney
Une patrouille de militaires maliens passe devant des civils. REUTERS/Joe Penney

Dernier cas en date de cette vague d'assassinats, la semaine dernière à Kidal, où deux hommes armés circulant à moto ont tiré à bout portant sur un homme, Sidati Ag Baye, accusé d’informer les militaires de l’opération Serval et les touareg du mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Quelques semaines auparavant, dans la même région de Kidal, près de Tessalit, des islamistes ont été accusés d’avoir assassinés deux hommes  qui « collaboraient » avec l’adversaire. Des éliminations physiques de civils ou de combattants de groupes rebelles du nord ont également eu lieu dans les région de Gao et de Tombouctou.

Onze personnes tuées

Au total au moins onze informateurs présumés ont été tués en moins d’un an. Ce sont généralement des éléments d’Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest  (Mujao) qui organisent ces assassinats ciblés. Récemment, ils ont débarqué jour de marché à Zouera, localité de la région de Tombouctou, pour distribuer des tracts dissuadant les populations locales de collaborer avec les forces étrangères. Il faut dire que les informations précises obtenues par les forces alliées, permettent de mieux traquer les jihadistes.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Mardi 6 Mai 2014 - 10:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter