Au Maroc, la situation égyptienne au cœur des préoccupations

Au Maroc, politiques et médias suivent de très près ce qui se passe en Egypte, où la rue réclame le départ du président Mohamed Morsi. Un mouvement de contestation auquel s’est associée l’armée. L'Egypte est un véritable poids lourd économique et culturel pour les Marocains comme pour l’ensemble du monde arabe.



Manifestation place Tahrir, au Caire, Egypte. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany
Manifestation place Tahrir, au Caire, Egypte. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany
« La situation est catastrophique », analyse un chercheur marocain dans le journal en ligne Le 360 en évoquant une possible chute de Mohamed Morsi. Des propos qui illustrent la crainte du chaos et une certaine amertume face au risque que le géant égyptien n’arrive pas à sortir de cette crise politique. C’est ce qui ressort des premières réactions d’hommes politiques et d’analystes dans les journaux marocains.
Un avis conservateur qui reflète globalement ce que pense la rue, très attachée au calme social. Pour le Maroc, une deuxième révolution en Egypte serait avant tout synonyme de violences et de pertes économiques.
Il y a donc, pour le moment, peu de soutien aux révolutionnaires égyptiens. A part du côté du mouvement de contestation du 20 février, qui prévoyait un rassemblement devant l’ambassade d’Egypte à Rabat ce mardi.
Une éventuelle contagion de la contestation paraît peu probable au Maroc. Au contraire, depuis la réforme de la Constitution proposée par le roi, ce dernier est sorti renforcé du printemps arabe. Et ce même si le chômage et la crise se font de plus en plus ressentir.
Source: RFI


Mercredi 3 Juillet 2013 - 09:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter