Augmentation de la taille du gouvernement : Macky joue au clair-obscur

Macky Sall n’écarte pas l’idée d’augmenter, un jour, la taille du gouvernement aujourd’hui composé de 25 départements ministériels. Le président de la République qui se prononçait en marge d’une visite effectuée dans la ville de Harlem (Usa), s’est toutefois défendu contre toute propension de rétractation (wax waxeet, selon la formule aujourd’hui consacrée par le Pape du Sopi), par rapport à ses engagements. Au final, il a rapporté l’éventualité d’une telle décision à l’impératif d’unité nationale ou de stabilité sociale.



Augmentation de la taille du gouvernement : Macky joue au clair-obscur
De 45 départements ministériels, le gouvernement est passé à 25 départements. Il se pourrait qu’un jour, je l’augmente … » Et Macky Sall d’arguer que l’impératif d’unité nationale ou de cohésion sociale est une raison suffisante pour apporter les correctifs nécessaires dans la composition du gouvernement et assurer la paix civile et la stabilité nationale. Faisant remarquer que « Le Sénégal est un pays béni et une nation pleine et entière depuis Senghor, une nation où toutes les communautés (Toucouleurs, Sérères, Diolas, Manjaks…) vivent en parfaite harmonie », Macky Sall dira alors qu’ « un gouvernement ne peut se limiter à Dakar, Saint- Louis, Kaolack, Casamance ou autre Sénégal oriental ».

Et de préciser : « Si on constate des incohérences (dans la forme ou la taille du gouvernement) et si les temps s’avèrent favorables, on peut faire les corrections pour tenir compte de l’impératif d’unité nationale car cela contribue à assurer l’équilibre dans le pays ». Au final, Macky Sall attestera que « la taille du gouvernement peut augmenter jusqu’à ce qu’on constate une incohérence qui puisse apporter des problèmes dans le pays ».

L’impératif d’unité nationale et de stabilité sociale étant l’une des raisons pouvant justifier l’augmentation du nombre de ministres au Sénégal, le chef de l’Etat s’est gardé cependant de faire de la rétractation dans ses engagements. Pour autant, a-t-il précisé, cette décision potentielle d’agrandir la taille du gouvernement ne devrait pas servir d’argument pour lui reprocher le fameux « wax waxeet » (Je dis et je redis autre chose en Wolof), propre au président Wade.

Dépêche



Samedi 29 Septembre 2012 - 11:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter