Aulnay-sous-Bois : la famille de Théo au cœur d'une enquête financière

Une enquête préliminaire pour suspicion d'abus de confiance et escroquerie a été ouverte en juin à Bobigny. Elle porte sur la gestion d'une association de prévention créée par cette famille d'Aulnay-sous-Bois.



Aulnay-sous-Bois : la famille de Théo au cœur d'une enquête financière
C'est une affaire sensible qui embarrasse les autorités, jusqu'au plus haut sommet de l'Etat. Selon nos informations, une enquête préliminaire au centre de laquelle se retrouve la famille de Théo, et Théo lui-même, a été ouverte en juin dernier pour « suspicion d'abus de confiance et escroquerie ». Elle porte sur le fonctionnement trouble d'une association de prévention et d'entraide créée par la famille à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et sur l'utilisation de centaines de milliers d'euros de fonds publics. Une procédure déclenchée bien avant le viol présumé du jeune homme lors d'une interpellation brutale, le 2 février, à Aulnay.
 
Cette enquête financière, qui a été confiée au service départemental de la police judiciaire (SDPJ) de la Seine-Saint-Denis, ne remet pas en cause les violences policières présumées subies par Théo. Pour rappel, quatre gardiens de la paix ont été mis en examen, dont un pour viol par le moyen d'une matraque, dans cette affaire devenue hautement politique. Quelques jours après le drame, le président de la République, François Hollande, s'était rendu au chevet de la victime présumée pour marquer son soutien à ce « jeune toujours connu pour un comportement exemplaire dans une famille d'Aulnay qui voulait vivre en paix et en confiance avec la police ».
 
Tout commence courant 2015 par un contrôle de l'inspection du travail d'Ile-de-France concernant l'association Aulnay Events, dont le président est Mickaël Luhaka, un des frères de Théo. Cette association, domiciliée avenue Bourdelle à Aulnay, est censée avoir embauché 30 salariés, formés pour être animateurs de rue. Sa page Facebook mentionne aussi l'organisation de séjours et de loisirs pour les jeunes. Une vidéo, tournée à la montagne avec les participants, retrace l'un d'eux.
Plus de cent réquisitions bancaires
 
 
L'association, dont le but est de lutter contre la violence dans le département, aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678 000 € de subventions d'Etat par le biais de contrats d'accompagnement à l'emploi. Des employés fantômes ? Lors du contrôle de l'inspection du travail, aucun élément matériel probant n'a pu être produit par les dirigeants de l'association pour étayer la réalité des emplois. Par ailleurs, plus de 350 000 € de cotisations sociales, notamment Urssaf, n'ont pas été réglées. Entre-temps l'association a mis la clé sous la porte. Ce qui déclenche en avril 2016 un signalement (article 40 du Code de procédure pénale) de la part de l'inspection du travail auprès du procureur de la République de Bobigny.

Fin juin 2016, le parquet financier de Bobigny ouvre donc une enquête préliminaire pour « suspicion d'abus de confiance et escroquerie ». Il soupçonne des malversations financières de la part des dirigeants et des salariés. Plus de cent réquisitions bancaires auraient été effectuées par les enquêteurs. Selon nos informations, les investigations des policiers du SDPJ 93 auraient montré que huit membres de la famille Luhaka, tous habitant à Aulnay-sous-Bois, ont perçu de l'association plus de 170 000 € de rémunérations par virement, dont 52 000 € sur le seul compte de Théo.
 
Par ailleurs plus de 80 000 € ont été retirés en espèces au cours de la même période. A ce jour de nombreuses réquisitions restent encore à éplucher.

LeParisien.fr

Vendredi 24 Février 2017 - 11:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter