Avant le sommet, le contre-sommet

Contre le rendez-vous du 29 et 30 novembre au Centre International de Conférence de Dakar (CICD), abritant le sommet de la Francophonie, Malick Noël Seck et Cie passent à l'acte ce 27 novembre.



L’ex-Secrétaire général de Convergence socialiste, aujourd’hui leader du parti politique Front national de salut public, Mom sa rew, n’entend pas fêter le sommet de la Francophonie. Malick Noël Seck ne s’en cache pas. Sur ce point, il a déjà annoncé les couleurs depuis belle lurette. «Nous sommes convaincus aujourd’hui que l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) n’est plus une institution pour promouvoir la langue et la culture française. C’est une institution qui n’est qu’un instrument de la France-Afrique qui sert à asseoir la diplomatie française au niveau international ».


De ce fait, il convient de «se poser des questions sur les vraies motivations démocratiques de cette organisation », servait ce dernier en Conférence de presse. Pis, ce qui semble irriter Malick Noël Seck, c’est un sommet de la Francophonie avec «Denis Sassou-Nguesso qui est responsable d’une centaine de milliers de morts » ou qui «valide des élections de dictatures héréditaires comme on l’a vu au Togo et au Gabon». 


«Ce prochain Sommet de Dakar n’est que de la supercherie », tranche l’ancien membre du Parti Socialiste (PS). C’est ainsi que le contre-sommet a été programmé. Il démarre ce jeudi à partir de 10 heures. Il est question d’ « exposition Art Africain », d’une «conférence publique du Groupe refondation sur les martyrs de 1944 », d’un colloque à l’UCAD II, d’une marche et d’un concert. 


Mercredi 26 Novembre 2014 - 23:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter