Avec l'accord sur le nucléaire iranien, la situation régionale prend le chemin de l'apaisement

Après la signature d'un accord intérimaire sur le nucléaire, les autorités de Téhéran multiplient les gestes d'ouverture notamment sur le plan régional. Le ministre iranien des Affaires étrangères était mercredi 4 décembre aux Emirats arabes unis, au terme d'une tournée qui l'a mené dans plusieurs autres monarchies du Golfe (Koweit, Oman, Qatar...).



Le président iranien Hassan Rohani, à l'assemblée générale de l'ONU,à New York, le 24 septembre 2013. REUTERS/Ray Stubblebine
Le président iranien Hassan Rohani, à l'assemblée générale de l'ONU,à New York, le 24 septembre 2013. REUTERS/Ray Stubblebine

Abou-Moussa, la Grande Tomb et la Petite Tomb : trois îlots minuscules à l'entrée du golfe Persique pèsent sur la relation entre l'Iran et les Emirats arabes unis. Mais malgré ce contentieux territorial vieux de plusieurs décennies, les deux pays savent ce qu'ils ont à gagner si les tensions régionales s'apaisent. Ainsi, pour les Emirats, l'enjeu économique est considérable si la levée des sanctions internationales qui visent l'Iran se confirme.
 

Plus généralement, l'arrivée au pouvoir du président iranien Hassan Rohani cette année et le récent accord de Genève sur le nucléaire ouvrent des perspectives d'apaisement pour l'Iran et ses voisins, même si ce qui les sépare aujourd'hui est bien plus profond que les eaux du golfe Persique.
 

Les monarchies arabes de la péninsule sont proches des Etats-Unis et impliquées à des degrés divers aux côté de la rébellion syrienne, alors que l'Iran, de son côté, reste le principal allié du régime de Bachar el-Assad. Le tout s'inscrit dans la ligne de tension entre chiite et sunnite qui parcourt aujourd'hui le Moyen-Orient.
 

Réchauffement au-delà de la région
 

Cette semaine, la tournée régionale du chef de la diplomatie iranienne ne l'a pas mené en Arabie saoudite, géant régional et grand rival de la République islamique. Mais Mohammad Javad Zarif a déclaré que les deux pays devraient un jour « travailler ensemble pour promouvoir la paix et la stabilité dans la région ».
 

L'apaisement est également de mise avec l'Europe, plus spécialement avec la Grande-Bretagne. Cette semaine, un diplomate britannique s'est rendu dans la République islamique pour la première fois depuis deux ans. L'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran avait été mise à sac par des manifestants en novembre 2011.
 

Enfin, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, proche de Téhéran, a entamé ce mercredi une visite officielle de deux jours en Iran.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Jeudi 5 Décembre 2013 - 11:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter