Avis sur les sièges de députés réservés à la Diaspora, (par Ndiaga Sylla)



Avis sur les sièges de députés réservés à la Diaspora, (par Ndiaga Sylla)
Le principe d'élire des députés de la diaspora étant acté par référendum ne saurait être remis en cause. 

Toutefois, les 15 sièges prévus semblent disproportionnés par rapport aux estimations du nombre de Sénégalais établis à l'extérieur (2.500.000). La Diaspora deviendra ainsi la 2e "région" du Sénégal après Dakar qui, avec ses 4 départements, totalisait déjà 17 sièges. 

En outre, la détermination des circonscriptions de l'extérieur doit obéir à des critères objectifs tout en respectant le principe d'uniformité. 

Demain, le juge administratif pourrait établir le rapport entre le nombre d'électeurs de ces deux régions. N'est-ce pas un autre contentieux, source de report des élections ? Espérons que le Conseil constitutionnel nous édifie sur la conformité de cette disposition et éventuellement sur bien d'autres... 

Alors que la Commission Technique de Revue du Code Electoral (CTRCE) a travaillé sur la base de 10 sièges, il aurait été plus élégant de confirmer ce nombre. 

Certes il faut regretter l'absence de consensus relativement au mode du scrutin et à la composition de l'Assemblée nationale même si quelques concessions avaient été notées dans les différents camps politiques. Mais une question s'impose.

A la suite de ce désaccord, y'a-t-il eu vraiment un arbitrage du Chef de l'État comme le veut, en l'espèce, la tradition ?

Pourtant, il aurait suffit de reduire le plafond fixé à 7 sièges à pouvoir au maximum dans un département pour en récupérer cinq (5). Cela serait parfaitement justifié dès lors qu'à l'exception de Dakar (7), Pikine (6) et Mbacké (5), nul autre département ne se retrouve avec plus de 2 sièges. Or la vérité est que nombreux sont les compatriotes qui ne peuvent reconnaître les députés élus sur une liste de leur département. 

Sous ce rapport, les 5/10 nouveaux sièges s'ajouteront aux 5 susvisés ; ce qui reviendrait à 10 sièges au total pour la Diaspora. Ainsi, les 5 autres postes seraient affectés à la liste proportionnelle. En conséquence, le rapport entre le scrutin majoritaire départemental (60%) et le scrutin proportionnel au niveau national (40%) serait maintenu en l'etat pour plus équilibre au sein de l'Institution. 

Au surplus, il eut été plus judicieux, dans une phase expérimentale qui requiert une démarche prudente, de fixer un minimum de siège pour la Senegalais de l'exterieur et d'envisager de le revoir progressivement, à l'occasion d'éventuelles réformes. Parce que le système électoral demeure évolutif. 

C'est dommage qu'on ait raté de peu l'occasion d'arriver à un nouveau code consensuel.

Ndiaga Sylla


Jeudi 5 Janvier 2017 - 10:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter