Azyz Amami en prison : La mobilisation ne faiblit pas

La mobilisation continue pour faire libérer Azyz Amami, blogueur et activiste et son ami Sabri Ben Mlouka, tous deux arrêtés pour « détention et consommation de cannabis », il y a dix jours. Dans la rue, sur le net et dans les salles de cinéma les citoyens et militants continuent la bataille.



Azyz Amami en prison : La mobilisation ne faiblit pas

Alors que le blogueur et activiste Azyz Amami, ainsi que son ami Sabri Ben Mlouka, arrêtés dans la nuit du 12 au 13 mai dernier, comparaissent aujourd’hui au Tribunal de Tunis, la mobilisation continue. Des militants ainsi que des citoyens se sont retrouvés devant le palais de justice, tôt ce matin.

 

Une mobilisation importante du fait de la portée politique de ce procés, pour Thameur Mekki, journaliste et activiste :

Ce procès contre Azyz est clairement politique. Cet acharnement policier et judiciaire contre les militants indépendants va à l’encontre du processus d’évolution des libertés et des droits individuels. Cela constitue un tournant très dangereux. La police reprend ses anciennes méthodes, qui visent à souiller la réputation et l’éthique des militants. Cela rappelle l’époque de Ben Ali où l’on pouvait voir dans la presse des articles parlant d’affaires de mœurs impliquant des activistes.

Mobilisation culturelle

Pendant trois jours quatre salles de cinéma ont diffusé gratuitement le film Wled Ammar  qui parle des activistes qui ont lutté contre la censure sur le net à l’époque de Ben Ali et dans lequel Azyz Amami témoigne de son engagement à faire aboutir le processus révolutionnaire. Pour Thameur Mekki le fait qu’un nouveau corps de métier se soit solidarisé à la cause est positif : « Il y a une forte portée symbolique et cela montre que l’affaire d’Azyz a un intérêt national. Ici les distributeurs du film, les producteurs, ainsi que les gérants des salles ont voulu marquer leur soutien. Il y a donc l’adhésion d’un nouveau corps professionnel. Après les avocats, les journalistes, le cinéma. »


Pétition sur le net

Sur le site Change.org une pétition a été mise en place. Adressée au Premier ministre tunisien, elle l’invite à libérer tous les jeunes de la révolution. Elle a été mise en ligne le 17 mai dernier et a récolté, pour l’heure, quelques 3000 signatures.

Sana Sbouai


slateafrique

Mardi 27 Mai 2014 - 10:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter