BAC 2013-Epreuve anticipée de philosophie : les candidats ne se plaignent pas

L’épreuve anticipée de philosophie a démarré ce mardi sur l’ensemble du territoire national avant la tenue de l'examen du Baccalauréat le 2 juillet 2013. L'entrée en matière de l'examen qui ouvre les portes de l'Université est jugée « abordable » par la plupart des candidats rencontrés à la sortie des salles d'examen.



BAC 2013-Epreuve anticipée de philosophie : les candidats ne se plaignent pas
A midi déjà la majeure partie des candidats assiègent la devanture du collège Saldia de Dieupeul, théâtre d'échanges et d'explications sur les sujets de philosophie.  Peu d'élèves restaient encore dans les salles sous l'oeil vigilant des surveillants. Des petits groupes se forment ça et là et chacun tente de donner sa compréhension du sujet dans cette clameur assourdissante. Les premiers candidats rencontrés manifestent leur timidité et préfèrent nous éviter. Sous un arbre, à quelques mètres du portail de l'école, Abdou Kane Sall, élève au collège Jean de la Fontaine en classe de TL1 accepte de s'ouvrir à nous. L'air souriant, il parle d'épreuves "abordables". « Les épreuves sont vraiment à notre portée. Tous les sujets qui sont sortis, nous les avons vus en classe avec le professeur », explique-t-il. Pour l'épreuve de ce matin, les candidats avaient le choix entre trois (3) sujets au choix. Le premier sujet porte sur l’"Introduction à la philosophie", le deuxième sur  l’Art et le troisième sur un texte de commentaire sur la "Vie sociale".
 
 Après un moment d'hésitation, Adam Faye, élancée, de teint claira se confesse et c'est pour aborder dans le même sens qu’Abdou Kane Sall. Elève au collège Anne Marie Javouhey, elle réitère: «  les sujets sont à notre porté. Sinon il y a des élèves qui disent qu’ils n’ont pas vu en classe la leçon sur l’Art », fait-elle remarquer. Selon le chef du centre de cet établissement, Saldia compte deux (2) jurys avec 700 candidats. « Nous avons deux jurys ici au centre Saldia. Avec 401 candidats pour le jury 795 et 299 candidats au jury 796. À part cela tout s’est bien passé », rassure, M. Ndiaye. Sur le cas des élèves n'ayant pas vu l'Art en classe,  « le choix sera réduit pour eux. Ce serait un handicap pour ces élèves-là s'ils ont des difficultés en commentaire ».
 
Le chef du centre remarque toutefois que certains élèves ont tendance à ne choisir que l'exercice de la dissertation ou le commentaire, ce qui est un risque. Le problème, dit-il, est d’abord la non maîtrise de la méthodologie du commentaire et aussi le niveau de la langue. « Le sujet philosophique ce n’est pas une restitution c’est une réflexion. Selon les professeurs, le commentaire fait intervenir la culture philosophique de l’élève. L’argumentaire ou l’argument, tout est important », souligne M. Ndiaye qui conclut en précisant qu’a Saldia : « nous initions les élèves à la philosophie dès la classe de première ».     



Mardi 11 Juin 2013 - 13:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter