BARACK OBAMA AU POUVOIR : UNE SI BELLE LECON POUR L’AFRIQUE !

« Et la démocratie est cette vaste mare où, se déploient en gras nénuphars et, au nom de l’humanité, tous les égalitarismes ».
Jean CAU



BARACK OBAMA AU POUVOIR : UNE SI BELLE LECON POUR L’AFRIQUE !
A soixante douze heures (72 H) du scrutin aux Etats Unis d’Amérique, nous avions écrit une contribution publiée dans les colonnes de certains journaux de la place titrée : « LE MONDE A L’ECOUTE DES USA ! ». Voilà que la Présidentielle américaine 2008 se trouve à présent derrière nous, nous venons de rééditer le coup avec une autre tonicité : « USA : enfin, Barack OBAMA au pouvoir - UNE SI BELLE LECON POUR L’AFRIQUE ! ». Ces échéances plus qu’attendues parce qu’historiques à maints égards, ont fini de livrer leurs secrets. Barack Hussein OBAMA, candidat des Démocrates a finalement pris l’avantage sur son rival porte – flambeau des Républicains, John Mc CAIN. Ce dernier faisant bonne contenance a téléphoné son tombeur pour le féliciter. Belle leçon de démocratie dans un monde où l’on assiste, au quotidien, à ce qu’il est convenu d’appeler les : « Basses eaux de la démocratie ». Belle leçon de démocratie pour nous autres africains surtout qu’on colle au jour le jour l’expression qualificative : « être immature (s) pour la démocratie ».

L’accession d’OBAMA à la plus haute sphère politique du pays de l’Oncle SAM est plus qu’historique comme indiqué dernièrement. C’est la première fois dans l’histoire de cette fédération d’Amérique du Nord que les populations, tout uniment, jettent leur dévolu sur un négro – américain afin d’être gouvernées. D’où, cet état de fait peut faire ou aider à faire basculer dans l’oubli le complexe d’infériorité, de subalterne dont étaient victimes bien des noirs américains. Ils peuvent désormais vivre et jouir de leurs droits civiques et civils sans entrave aucune. Une retrouvaille avec leur humanité longtemps déniée ! Et le sénégalais Khadiyatoulah FALL, Professeur titulaire de la chaire interculturelle (CER II) de l’Université de Québec à Chicoutimi au Canada a vu juste : « La victoire d’OBAMA est pour beaucoup d’Africains une justice de l’histoire, un juste retour des choses. Tout africain Noir est un peu Américain et avec OBAMA Président, ce mythe va se renforcer ».

Barack Hussein OBAMA, fils issus d’immigration (son père est kenyan) donc négro – américain est pourtant « accepté » aux USA jusqu’à l’obtention de fonctions éligibles (aujourd’hui, Président de la République des USA donc, le N° 1 des Américains. Il est alors à cheval sur deux continents : Amérique et Afrique. Il est à cheval également sur deux pays : les USA et le Kenya. Le Sénateur de l’Illinois est enfin à cheval sur deux cultures, deux ethnies.
En Afrique par exemple, que de conflits ravageurs qui suivent des canevas identitaires l’on continue toujours de se rencogner dans des concepts à relents racistes et xénophobes. Nous sommes en passe, comme l’avait si bien dit Jean Suret CANALE : « de prendre la relève de l’Amérique Latine, cette terre privilégiée des « pronunciamientos » ». Pour illustrer ce malaise profond africain, prenons le cas de la Cote d’Ivoire dont les populations se bouffent les nez depuis 1999, avec à la clé « l’ivoirité ». Voilà que ce poumon économique ouest africain est précipité dans des querelles de clocher lorsque Laurent GBAGBO et son camp assoiffés de pouvoir ont voulu écarter Alassane Dramane OUATARA dans une course présidentielle. Ils avaient brandit, on se le rappelle, l’argument aussi fallacieux que boiteux : « Il n’est pas ivoirien à 100% ; il a des origines burkinabè ». Le résultat est connu : l’héritage du Vieux Houphouët BOIGNY est foulé au pied, le pays devenu « fichue bordélique ». et voyons ce que ces deux pays (Côte d’Ivoire et Burkina Faso) ont en partage : ils appartiennent au même continent africain, tous deux victimes de la Traite Négrière et des horreurs de l’Esclavage, de la Colonisation, ont presque les même ethnies, tous en proie à la néo – colonisation qui pointe chaque jour davantage son museau. Pour tout dire, ils sont tous les deux des frères d’infortune. On peut démultiplier des exemples à travers l’Afrique. Il est sûr que l’Afrique du Nord et l’Afrique du Sud du Sahara n’entretiennent que des rapports d’exclusion. Un homme politique français ne disait – il pas que : « le noir ne nous apporte que bruits et odeurs ».
L’élection de Barack OBAMA à la Présidence des USA, une si belle leçon de démocratie pour l’Afrique !

Ibrahima NGOM Damel,
Journaliste – Ecrivain
Tel : 76 580 68 10
E – mail : yboupenda@yahoo.fr


Ibrahima NGOM Damel

Samedi 8 Novembre 2008 - 00:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter