BBY-Elections locales: la LD note un "déséquilibre terrible" mais s'inscrit en "position d'unité" en 2014

Après son « non » servi à la coalition « Macky 2012 » qui avait demandé à tous les alliés dans le cadre de la mouvance présidentielle de Benno Bokk Yaakaar (BBY) de surseoir à toute ambition politique du moins durant les dix prochaines années pour que le président Sall déroule son « Yoonu Yokkuté », la Ligue Démocratique (LD) qui est d’avis que la majorité présidentielle devrait plutôt chercher à satisfaire les besoins pressants des sénégalais, se signale de nouveau. Le successeur d’Abdoulaye Bathily au poste de secrétaire général des « Jallarbistes », Mamadou Ndoye dit Mendoza qui dresse un tableau pour le moins sombre de la situation du Sénégal, note « un déséquilibre terrible des Institutions » entre « un pouvoir Exécutif écrasant", « une Assemblée nationale presque moribonde » et "une justice aux ordres" mais s'inscrit tout de même en« position d’unité » pour les prochaines locales qui pointent à l’horizon 2014.



BBY-Elections locales: la LD note un "déséquilibre terrible" mais s'inscrit en "position d'unité" en 2014
  « Nous avons au Sénégal, un déséquilibre terrible des Institutions entre un Exécutif écrasant, une Assemblée nationale presque moribonde et une justice aux ordres. Voilà la situation que nous avons. Cette situation que nous avons héritée d’Abdoulaye Wade qui lui-même écrasait l’Exécutif en tant que personne c’est-à-dire  se comportait en monarque. Nous avons ce déséquilibre terrible », déplore l’allié du président Sall dans la coalition au pouvoir BBY et secrétaire général de LDMPT, Mamadou Ndoye qui évoque les difficultés sous l’ère Macky Sall. 

« Lorsqu’un pays se met à gaspiller, à emprunter à tout bout de champs, lorsqu’un pays au lieu de privilégier l’efficacité des Institutions s’occupe beaucoup plus d’apparat, lorsqu’un pays au lieu de gérer rigoureusement le cadre macroéconomique pour assurer tous les équilibres, fait preuve d’irresponsabilité comme nous l’avons eu pendant douze (12) ans, il y a un moment où il faut payer. Aujourd’hui nous sommes dans cette période post-Wade où les difficultés d’une gestion gabégique dont l’impact  est en train de se faire sentir actuellement », martèle l’allié dans le cadre de la mouvance présidentielle de la LDMPT sur les colonnes du journal « l’observateur » où il invite le successeur du président sortant Wade à un « rééquilibrage » notamment au niveau du perchoir du président de l’hémicycle, Moustapha Niasse qui doit avoir « un mandat qui coïncide avec toute la législature pour que l’Exécutif ne se mette plus à jouer de cette présidence pour manipuler l’Assemblée comme il veut » avant de prôner sa « position d’unité » pour les locales de mars 2014.

« Seul garant de la victoire » selon Mamadou Ndoye qui partant du principe que « la situation sénégalaise est très complexe en matière d’échiquier politique » reste convaincu que « nous gouvernons ensemble le pays et aujourd’hui que la question de la gouvernance locale se pose, le minimum, c’est de rassembler nos forces pour gagner encore les collectivités locales ». 


Mardi 13 Août 2013 - 13:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter