Baisse des prix des denrées alimentaires de bases par l’Etat : Les conséquences surgissent déjà

Si cette décision de diminuer les denrées de consommation courante a certes été appréciée par les opérateurs économiques réunis au sein de l’Unacois, mais ils craignent aussi pour leur stock en riz qui n’est pas encore épuisé.



Baisse des prix des denrées alimentaires de bases par l’Etat : Les conséquences surgissent déjà
C’est le secrétaire général permanent de l’Unacois, en la personne d’Ousmane Sy Ndiaye, qui a confié au bout du fil à nos confrères du journal « L’Observateur » : « Nous ne sommes pas surpris car nous avons participé à la conception de l’approche de cette mesure. Nous avons fait une concertation interne avec les opérateurs et la seule crainte concerne le riz. Car certains ont encore un stock important dans les magasins, même si c’est récent ».

En ce qui concerne le sucre, il estime que cela ne pose aucun problème car l’essentiel des commerçants avaient interrompu les importations de
ce produit. Idem pour l’huile, l’application de la mesure ne posera aucun problème. « Il faut juste que tout le monde fasse des efforts ».
Il (M. Ndiaye) a toutefois, rappelé que cette mesure est d’ordre conjoncturel, qu’il fuat donc attaquer le mal par la racine. « Il faut une mesure structurelle pour le système de distribution des détaillants pour une meilleure gestion du secteur ».

L’Etat a d’ores et déjà baissé les prix des denrées alimentaires de base (riz, sucre, huile). Pendant la campagne électorale, Macky Sall avait promis de baisser le prix de ces trois produits. Pour l’heure, les consommateurs semblent apprécier la décision tout en restant sur leur garde. Pour rappel, la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal avait dans l’un de nos articles donné 100 jours de grâce au nouveau Président élu. Au cas échéant, si rien n’est fait, ils passeront à l’étape suivante, c'est-à-dire la grève. 



Samedi 21 Avril 2012 - 13:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter