Ballon d'Or 2014 : Ronaldo - Messi, une rivalité unique en son genre dans l’histoire du football

Réunis sur le podium du Ballon d’Or pour la septième fois en huit ans, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo écrivent un nouveau chapitre de leur rivalité. Un duel sans précédent dans l’histoire du football, tant il vampirise l’attention médiatique et oppose deux personnalités diamétralement opposées.



Retrouver Lionel Messi et Cristiano Ronaldo sur le podium du Ballon d’Or, cela commence à devenir une vieille habitude. Pour la septième fois en huit ans, c’est déjà une certitude, l’attaquant argentin et son homologue portugais figureront tous deux dans le Top 3 du classement 2014. Après Fernando TorresXaviAndrés Iniesta  ou encoreFranck Ribéry, ce sera au tour de Manuel Neuer, champion du monde avec l’Allemagne l’été dernier, d’investir le rôle du troisième larron lundi, lorsque sera dévoilé le nom du vainqueur à Zurich.

Savoir qui accompagnera les deux stars sur la "boîte" constitue l’unique inconnue de ce Ballon d’Or privilégiant les exploits individuels aux accomplissements collectifs. Messi et Ronaldo trustent le trophée depuis 2008 (quatre pour le Barcelonais, deux pour le Madrilène). Jamais deux joueurs ne s’étaient partagé exclusivement le titre sur une période si longue. Et Ronaldo, grand favori à sa propre succession, pourrait bien ajouter un troisième à sa collection personnelle pour prolonger la série d’une année supplémentaire.

Un affrontement direct

Cette course effrénée au Ballon d’Or entre les deux joueurs les plus spectaculaires de leur époque a créé un "monstre" : un duel entre deux individus et une guerre d’ego rythmant l’agenda d’un sport profondément collectif. D’autant que tout est fait, parfois indirectement, pour entretenir cette rivalité. Elle a pris une autre dimension depuis 2009 et l’arrivée de Ronaldo au Real Madrid, venant défier Messi sur ses terres. L’opposition est alors devenue frontale, les deux hommes entretenant l’un des antagonismes les plus vieux du football. "Le duel Cristiano-Messi se prolonge bien au-delà du championnat espagnol, qui les confronte comme les fers de lance respectifs du Real et du Barça, avec tout ce que cela signifie, ce qui n'est pas rien: un long siècle de lutte", a souligné l'éditorialiste Alfredo Relaño, directeur d'As, quotidien sportif madrilène.

Cristiano Ronaldo et Leo Messi.
Cristiano Ronaldo et Leo Messi. - AFP

Un contexte parfait pour développer la rivalité

Depuis bientôt six ans, Ronaldo et Messi se confrontent sur le même terrain de jeu, entretenant l’émulation, favorisant les comparaisons. Entre la Liga, la Ligue des champions, la Coupe du Roi et la Supercoupe d’Espagne, ils se sont croisés à vingt-deux reprises sur les terrains avec leurs clubs. Et quand ils bataillent à distance, ils donnent le sentiment de se rendre coup pour coup, d’empiler les buts comme pour affirmer leur supériorité sur l’autre. Les statistiques vampirisent l’attention de tous, focalisés sur ce duel au sommet, quitte à en oublier les enjeux collectifs. Une vision favorisée par le contexte médiatique. Avec la multiplication des images et le développement des réseaux sociaux, tous leurs faits sont scrutés, leurs réalisations et leurs gestes sont commentés de toutes parts. Ronaldo-Messi, le duel est symbolique de notre temps. Il ne laisse personne indifférent. Tout le monde a son avis, prend parti et les opinions sont souvent très tranchées.

Deux joueurs et deux hommes si différents

Cela découle aussi de leurs personnalités radicalement opposées. Ils sont aussi différents que le feu et la glace. Lorsque la réussite actuelle de Ronaldo est une ode au travail acharné, celle de Messi subjugue par la facilité qui l’accompagne. Le premier dispose d’aptitudes physiques hors du commun, la puissance et la détente au service d’une qualité technique au-dessus la moyenne. Le second est né avec les pieds dans le bénitier. Dans la vie aussi, l’ancien Mancunien et le pur produit de la Masia ne semblent pas avoir grand-chose en commun. Ronaldo soigne son apparence, aime à se montrer dans les endroits les plus branchés et s’affiche avec l’un des top models les plus en vogue du moment. Messi se fait beaucoup plus discret hors des terrains et partage sa vie avec son amour de jeunesse, rencontrée à Rosario, sa ville de naissance.

Un relationnel réduit au néant

Entre les deux, qui partagent si peu, les relations sont quasi inexistantes. "C’est étrange, ils ne se disent quasiment pas bonjour", a notamment relaté Ruud Gullit après le gala du Ballon d’Or 2013. Ils s’évitent avec application et évoquent rarement les performances de l’"autre". Le Portugais a néanmoins longtemps mal vécu la comparaison avec son "adversaire direct". Surtout lorsque l’Argentin accumulait les distinctions individuelles à son détriment. A chaque question sur le sujet, Ronaldo était offensif et ne perdait pas une opportunité de gonfler les muscles. Il est depuis apaisé sur le sujet et la manière dont il a consolé Messi après la finale de la dernière Coupe du Roi, qu’il n’avait pas disputé en raison d’une blessure, tend à le confirmer. "C'est normal que les gens essaient de nous comparer, a souligné le natif de San Antonio dans un entretien accordé à World Soccer et diffusé en novembre dernier. Nous avons une relation de rivalité positive. Cela fait partie de ma vie."

D'autres rivalités dans le passé, aucune avec la même saveur

Pour toutes ces raisons, la rivalité développée par les deux hommes est singulière dans l’histoire du football. Seule celle ayant opposé Johan Cruyff et Franz  Beckenbauer dans les années 70 comporte des similitudes. Le meneur génial de l’Ajax à l’origine du "football total" et le libéro duBayern Munich  étaient rivaux en club, au moment où leurs clubs respectifs étaient les maîtres du Vieux continent (ils ont remporté les six Coupes d’Europe des clubs champions entre 1971 et 1976). Aussi différents dans la vie, ils squattaient avec régularité le podium du Ballon d’Or (huit apparitions à eux deux en six ans, trois titres pour Cruyff et deux pour Beckenbauer). Cerise sur le gâteau, le Néerlandais et l’Allemand se sont affrontés en finale de la Coupe du monde 1974, ce que Messi et Ronaldo ne vivront certainement jamais. En dehors de ce duel germano-néerlandais, difficile de trouver trace d’un tel duel entre deux individualités au sommet du football mondial.

Vidéo Stats: Ronaldo est quand même le grand favori - Eurosport
 

Ronaldo et Zinedine Zidane  étaient les deux meilleurs joueurs de leur époque, au carrefour des années 2000. Ils se sont défiés en finale de la Coupe du monde 1998 et ont compilé six podiums du Ballon d’Or sur 1997-2002. Mais ils sont devenus "amis pour la vie" lorsque le Brésilien a retrouvé le Français au Real Madrid en 2002 et ils n’ont jamais entretenu une quelconque rivalité. En leur temps,Michel Platini  et Diego Maradona trônaient au sommet du football mondial. Ils se sont même opposés frontalement pendant trois saisons en Italie, El Pibe de Oro défendant les couleurs de Naples  et Platoche celles de la Juventus. Un duel qui a atteint son paroxysme en 1986-1987, lorsque le Napoli a destitué le club turinois de son titre de champion d’Italie. Sauf que Maradona ne pouvait prétendre au Ballon d’Or, récompense ouverte seulement aux joueurs européens jusqu’en 1994. Messi et Ronaldo entretiennent bien une rivalité unique en son genre. Et ils ont l’avenir devant eux pour continuer à écrire "leur" histoire.

Cristiano Ronaldo et Messi se saluent avant Portugal - Argentine

eurosport

Lundi 12 Janvier 2015 - 15:15




1.Posté par stony ekwaghe le 30/07/2016 15:34
qui va emporter le ballon d'or 2016 le Ms10 Ou Cr7??

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter