Bamako dans l’attente du procès des 21 parachutistes maliens tués

A Bamako, c’est la fin de l’instruction judiciaire dans l’affaire concernant la mort de 21 militaires maliens parachutistes. Arrêtés en avril 2012, leurs corps ont été découverts dans une fosse commune quelques mois plus tard. Il appartient maintenant au parquet de fixer la date du procès aux assises.



A Bamako, la justice revient sur l'affaire des 21 parachutistes maliens retrouvés dans une fausse commune. Getty Images/Moment
A Bamako, la justice revient sur l'affaire des 21 parachutistes maliens retrouvés dans une fausse commune. Getty Images/Moment

Dans ce dossier, des dizaines de personnes ont été interpellées et inculpées pour enlèvements, tortures, assassinat et complicité d’assassinat. Parmi elles, le chef de l’ex-junte Amadou Sanogo, un capitaine rapidement bombardé général.

Deux témoins clés ont permis de reconstituer les faits. Le 30 septembre 2013 est organisée une tentative de coup d’Etat contre une junte elle-même putschiste. Mais l’opération échoue. Des dizaines de militaires parachutistes communément appelés « bérets rouges » sont arrêtés. Certains seront torturés. Le creux de leurs oreilles servira de cendriers à des geôliers.

Et puis un jour, un camion se gare dans une cour. 21 des militaires « bérets rouges » sont embarqués. Ils ont les mains attachées aux pieds. Ils sont conduits à Diago, un village situé à une vingtaine de kilomètres de Bamako. Ils sont jetés dans une fosse commune et fusillés.

Des experts américains font des prélèvements dans la fosse découverte et confirment qu’il s’agit bien des corps des militaires disparus. Un juge d’instruction malien, Yaya Karembé fut le principal poumon de l’enquête. Pour saluer son courage, les Etats-Unis viennent de lui adresser une invitation officielle.

Source : Rfi.fr
 



Mardi 19 Août 2014 - 12:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter