Bangui: l’engrenage de la haine

Les militaires français en mission à Bangui ont écouté l’hommage de François Hollande aux deux soldats tués dans un échange de tirs alors qu'ils patrouillaient aux abords de l'aéroport. Malgré cette présence française, la situation est toujours chaotique dans la capitale centrafricaine. Les opérations de désarmement et de cantonnement, menées par les 1 600 hommes de l’opération Sangaris n’empêchent ni les affrontements sporadiques ni les lynchages, ni les pillages qui durent depuis la fin de semaine dernière. Bangui est encore loin d'être sécurisée. Ecoutez sur le sujet notre émission Décryptage, ce mercredi à 18h10 TU (monde) et 19h10 TU (Afrique).



Des hommes transportent un cercueil dans une brouette dans les rues de Bangui, le lundi 9 décembre 2013. REUTERS/Emmanuel Braun
Des hommes transportent un cercueil dans une brouette dans les rues de Bangui, le lundi 9 décembre 2013. REUTERS/Emmanuel Braun
Les militaires français en mission à Bangui ont écouté l’hommage de François Hollande aux deux soldats tués dans un échange de tirs alors qu'ils patrouillaient aux abords de l'aéroport. Malgré cette présence française, la situation est toujours chaotique dans la capitale centrafricaine. Les opérations de désarmement et de cantonnement, menées par les 1 600 hommes de l’opération Sangaris n’empêchent ni les affrontements sporadiques ni les lynchages, ni les pillages qui durent depuis la fin de semaine dernière. Bangui est encore loin d'être sécurisée. Ecoutez sur le sujet notre émission Décryptage, ce mercredi à 18h10 TU (monde) et 19h10 TU (Afrique).

Source : Rfi.fr



Dépêche

Mercredi 11 Décembre 2013 - 13:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter