Bank of America condamnée pour discrimination à l’embauche

Bank of America a été condamnée à verser près de 2,2 millions de dollars de dommages et intérêts à des Noirs américains victimes de discrimination à l'embauche, a annoncé le ministère américain du Travail. Un tribunal de Caroline du Nord a estimé qu'en écartant pendant vingt ans les candidats noirs américains des postes de guichetiers et de personnels d'accueil, la banque avait fait preuve de pratiques d'embauche «injustes et illégales».



Une publicité pour Bank of América, à New York. REUTERS/Brendan McDermid/Files
Une publicité pour Bank of América, à New York. REUTERS/Brendan McDermid/Files
Le jugement, qui accorde 2,2 millions de dollars à des plaignants, arrive après deux cas similaires en quelques mois. Le dernier procès, en Virginie, concernait des candidats noirs américains systématiquement refusés pour des postes de contact avec les clients, à l’accueil ou au guichet. La moitié des dommages seront reversés par la banque à un peu plus de 1.000 candidats refusés en 1993 et le reste sera distribué à 113 personnes ayant postulé à ces postes entre 2002 et 2005.

Une précédente condamnation en août pour discrimination

Or, à la fin du mois d’août, un accord a été trouvé par la banque avec 1200 employés, eux aussi noirs américains, qui portaient plainte, toujours pour discrimination, à Chicago. Dans ce litige, il ne s’agit pas de candidats éconduits par la banque, mais d’employés d’expérience. L’un d’entre eux, courtier depuis 30 ans, a estimé que son salaire et sa carrière avaient été bloqués durant toutes ses années à cause de la couleur de sa peau. L’accord a été signé pour 160 millions de dollars.

A (RE)ECOUTER : La ségrégation existe encore aux Etats-Unis

Enfin, début septembre, ce sont près de 5000 femmes, engagées dans une action pour obtenir une égalité de salaire et de traitement avec leurs collègues masculins, qui faisaient céder la banque. Elles ont reçu 39 millions de dollars.

Bank of America, qui emploie plus de 250 000 personnes va certainement devoir repenser ses procédures de recrutement et de promotion dans les mois qui viennent.

Source : Rfi.fr

 

Dépéche

Mercredi 25 Septembre 2013 - 12:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter