Bannon, Gorka: le grand ménage se poursuit à la Maison Blanche



Bannon, Gorka: le grand ménage se poursuit à la Maison Blanche

Aux Etats-Unis, Donald Trump a accordé la grâce présidentielle à un shérif controversé de l'Arizona, condamné pour ses pratiques discriminatoires et son ciblage des immigrés clandestins. La décision fait donc polémique, alors que la Maison Blanche tente au contraire d'offrir une image moins radicale, comme l'a aussi prouvé le départ de Sebastian Gorka, un conseiller jugé islamophobe.
 

Selon les médias conservateurs, Sebastian Gorka aurait expliqué dans un courrier que «certaines forces ont pris le contrôle de la Maison Blanche, et que le meilleur moyen pour lui de soutenir le président est désormais de travailler de l'extérieur».
 

L'entourage de Donald Trump laisse plutôt entendre que l'analyste a été débarqué.
 

En tout cas, le grand ménage continue, quelques jours après la mise à l'écart de Steve Bannon, sulfureux haut conseiller stratégique d'extrême droite. Car si les attributions de Gorka étaient obscures, sa seule présence faisait mauvais genre. Peu connu avant de s'investir très tôt dans la campagne de Trump, il s'était vite créé une réputation d'islamophobe acharné.
 

S'il reste quelques extrémistes à la Maison Blanche, les conseillers plus modérés ont désormais pris le pouvoir, dans le sillage du général John Kelly, directeur de cabinet depuis un mois. Celui-ci a aussi entrepris de remettre de l'ordre dans le fonctionnement du bureau ovale.
 

Une époque révolue
 

Jusqu'à présent, la porte du président était ouverte à tous les vents, sans contrôle sur ce que chacun pouvait lui dire ni sur les documents officiels qu'on lui mettait sous le nez.
 

Une époque révolue, dans l'espoir de proposer une politique plus cohérente et mesurée, même si la spontanéité de Donald Trump lui fait souvent déborder des messages et éléments de langage convenus.


RFI

Dimanche 27 Août 2017 - 11:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter