Banque mondiale sur l’Investissements routiers au Sénégal en 10 ans : 700 milliards inopérants


Près de 700 milliards de FCfa ont été investis dans le sous-secteur routier au cours des dix dernières années dont un peu plus de 500 milliards de FCfa entre 2005 et 2009, selon le dernier rapport de la Banque mondiale qui souligne toutefois que certaines de ces dépenses devraient être reclassées dans les dépenses de fonctionnement et non dans les dépenses d’investissement: Par exemple les dépenses d’entretien courant des routes et les dépenses de fonctionnement de l’AATR (rebaptisé AGEROUTE en 2010), et plus récemment du Fonds d’Entretien Routier Autonome (FERA).



Banque mondiale sur l’Investissements routiers au Sénégal en 10 ans : 700 milliards inopérants
Toujours est-il que le réseau des routes revêtues en état bon à moyen, se serait étendu d’environ 500 km et celui des routes en terre d’environ 600 km. Globalement, le pourcentage de routes classées en état bon à moyen tous types de surface confondus est de 45%.

Un chiffre sensiblement inférieur à la moyenne africaine de 70% pour le réseau principal. En revanche, le pourcentage de routes revêtues en bon état estimé à 30%, serait très proche de la moyenne africaine, ce qui fait que le retard sur les autres pays d’Afrique proviendrait du réseau routier en état moyen dont l’étendue est jugée trop faible, dénotant généralement un déficit d’entretien périodique, lit-on dans les colonnes du journal « Le Quotidien ». Or, selon la Banque mondiale, ces chiffres relatifs à l’état du réseau et renseignés par l’AGEROUTE, doivent être pris avec réserves.

Le rapport souligne qu’ « aucun relevé exhaustif de l’état du réseau n’a été effectué depuis trois ans », et les relevés partiels ne sont pas faits de façon systématique par les antennes provinciales de l’AGEROUTE. En conséquence, les chiffres annoncés sont le résultat d’une estimation « assez grossière », notent les rapporteurs de la Banque.

 



Vendredi 15 Juin 2012 - 09:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter