Barthélémy Dias: «Je rappelle que Ndiaga Diouf n’était ni un avocat, ni un docteur, c’était un nervi… »

Barthélémy Dias se sent prêt pour défendre son honneur. C’est ce qu’il déclaré lors de sa sortie de la salle d’audience de l’Assemblée nationale, où son immunité parlementaire venait d’être levée. Selon lui, Ndiaga Diouf qu’on lui reproche d’avoir tué, n’était présent devant la mairie qu’il dirige que pour «accomplir un sale besogne ».



Barthélémy Dias: «Je rappelle que Ndiaga Diouf n’était ni un avocat, ni un docteur, c’était un nervi… »
C’est un Barthélémy Dias d’attaque qui est sorti de la sale où ses collègues venaient de lui retirer son immunité parlementaire. En effet, soupçonnant un complot ourdi contre sa personne, le député de Benno bokk yaakaar rappelle les circonstances ayant conduits à la mort de Ndiaga Diouf.

Mais accuse-t-il,  «certaines personnes veulent coute que coute me faire passer pour un meurtrier, je leur laisserai le soin de prouver que j’ai tué cet homme qui, je le rappelle, était en fait un nervi».

Allant plus loin, M. Dias martèle que : «M. Ndiaga Diouf n’était ni un docteur, ni un avocat, c’était un nervi qui était venu pour faire un sale besogne. Et je peux donner un seul argument à retenir, et à la veille du procès, je donnerai des preuves qu’il s’agissait d’une attaque à main armée commanditée par des hommes politiques de l’époque».

Et dans ce procès, l’édile de Mermoz/Sacré-Cœur ne compte pas se laisser faire. Car, a-t-il prévenu : «Je ne peux pas accepter d’être la victime et qu’on veuille me mettre au banc des accusés». 

Ousmane Demba Kane

Vendredi 11 Novembre 2016 - 22:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter