Barthélémy Dias à la coalition « Macky 2012 » : « Le PS n'est ni un cabinet de consultance ni un mouvement de soutien, il a créé l'Etat du Sénégal »

La riposte du Parti Socialiste à la coalition « Macky 2012 » qui leur a posé l’ultimatum de taire leurs ambitions politiques ou tout simplement quitter le gouvernement et la coalition Benno Book Yaakaar (BBY), ne s’est pas faite attendre. Et, c’est le secrétaire général des jeunesses socialistes, Barthélémy Dias qui de nouveau monte au créneau pour dire leurs faits à Ibrahima Fall, Jean Paul Dias, son père qui fait partie de la dite coalition et Cie. « Le PS qui a créé les fondamentaux et les valeurs de l’Etat du Sénégal n’est ni un cabinet de consultance ni un mouvement de soutien », assène Dias-fils qui invite autour de l’essentiel, « les problèmes de l’électricité, de la santé, de l’éducation et de l’agriculture » sur lesquels, les Sénégalais attendent toujours, « des solutions concrètes ».



Barthélémy Dias à la coalition « Macky 2012 » : « Le PS n'est ni un cabinet de consultance ni un mouvement de soutien, il a créé l'Etat du Sénégal »

« Le PS n’est ni un cabinet de consultance ni un mouvement de soutien. Il a été créé pour solliciter les suffrages des Sénégalais, exercer le pouvoir et apporter sa contribution au développement du pays », répond Barthélémy Dias à la coalition « Macky 2012 » qui malgré la sortie du président Sall affichant son courroux, persiste et signe sur le « renoncement à toute candidature à l’élection présidentielle » notamment  « le PS qui s’y étant publiquement opposé  et ayant  clairement annoncé sa candidature à la prochaine présidentielle doit, par souci de cohérence et d’honnêteté, se retirer du gouvernement., à défaut, la conférence des leaders exhorte  le Président de la République à se séparer de ce parti qui aujourd’hui bénéficie des moyens de l’Etat pour demain, faire face au chef de l’Etat », selon Ibrahima Fall et Cie avec qui le député socialiste qui n’en a pas encore fini, ne manque pas de rappeler le passé du parti au pouvoir durant de 40 ans de règne du premier président de la République du Sénégal, Senghor de 1960 à 1981 et son successeur Abdou Diouf (1981-2000).

« Je rappelle que le PS a tout de même créé l’Etat du Sénégal, les fondamentaux et les valeurs. A ce titre, il refuse d’entrer dans le débat qui n’a pas sa raison d’être. Aujourd’hui, dans le champ politique sénégalais, on a des centaines de partis mais à peine une dizaine participe à des consultations électorales. Donc, certains sont des mouvements de soutien mais le PS n’en fait pas partie », charge « l’avocat » d’Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général de la formation verte qui précise par ailleurs,  « aux amis de « Macky 2012 » que les Sénégalais n’attendent pas cela de nous. Ce qu’ils attendent de nous, c’est qu’on puisse apporter des réponses concrètes aux problèmes de l’électricité de la santé, de l’éducation et de l’agriculture » sur les colonnes du journal « le quotidien » où le Forum des jeunes socialistes invite « le président Sall à prendre ses responsabilités ». 


Samedi 17 Août 2013 - 11:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter