Barthélemy Dias au procureur : "Ce n'est pas une convocation, mais une provocation, un acharnement”

Les piques de Barthélemy Dias n’étaient pas simplement destinées à l’ancien ministre des collectivités locales devenu aujourd’hui directeur de cabinet du chef de l’Etat. En effet, le procureur de la République qui a ouvert des poursuites contre tous ceux qui sont impliqués dans la démolition des panneaux publicitaires n’a pas échappé la furie du maire de Mermoz Sacré-coeur. 17 autres panneaux publicitaires risquent d’être démolis au delà de mercredi. Ultimatum qu’il a fixé aux agences propriétaire.



“Je ne défis aucunement le bureau du Procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye. Je pense pouvoir me permettre de dire que je n’ai aucun problème avec lui”. Toutefois, a-t-il tenu à faire comprendre: “Ce n’était pas une convocation, mais une provocation, un acharnement”. C’est en fait ce qui justifie le refus de Barthélemy Dias de répondre à la convocation de la police.
 
Dans la même veille, il a demandé à Serigne Bassirou Gueye de libérer les personnes détenues parce qu’il est le principal responsable. "Je commencerai par demander respectueusement au procureur de la République de bien vouloir libérer les employés de la mairie de Mermoz-Sacré Cœur qui sont actuellement arrêtés parce qu’ils ne sont pas des nervis. Ce sont des employés depuis au moins trois (3) ans, qui ont des contrats en bonne et due forme, vérifiable au niveau de la perception de Dakar".
 
Le maire s’est aussi fait l’avocat d’un entrepreneur. “Je rappelle qu’il y a un entrepreneur du nom d’Abdoulaye Bass qui est arrêté. C’est un Monsieur qui a gagné un marché  en bonne et du forme qui a enregistré son contrat au niveau des impôts. On ne peut pas comprendre quelqu’un qui gagne un marché d’Etat qui l’enregistre qui paye son impôt soit arrêté. C’est la raison pour laquelle je demande au procureur de la République de bien vouloir libérer toutes les personnes qui n’ont rien à voir avec ce dossier. "Je rappelle une fois de plus que c'est un complot politique. Ce dossier n’est pas un dossier juridique”.
 

Faisant le rapprochement avec l’affaire de la fusillade de Mermoz-Sacré Cœur qui lui avait valu la prison pendant plusieurs mois, Barthélémy Dias précise. “Dans un autre dossier me concernant, j’ai délibérément demandé à l’Assemblée nationale de lever mon immunité parlementaire pour que les sénégalais puisse connaitre la vérité sur l’affaire de la fusillade de Mermoz-Sacré Cœur. Je ne suis pas dans le viseur de la Justice mais d’un complot politique…”


Barthélemy Dias ne démord pas. Il va récidiver si jamais d’autres responsables d’agence ne s’exécutent pas.  «Il reste 17 panneaux publicitaires. Je leur donne jusqu’à mercredi pour les sortir. Autrement je vais tous les démolir».
 


Jeudi 25 Juin 2015 - 18:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter