Barthélémy Dias : un pistolet à la place du cerveau?

Est-il un justicier des temps modernes, un homme excessif ou simplement un irresponsable sûr de son sentiment d’impunité?



Barthélémy Dias : un pistolet à la place du cerveau?
 Après avoir froidement tué Ndiaga Diouf, un nervi du PDS qui faisait partie d’un commando en 2011, M. Dias continue de brandir son arme à chaque fois qu’on le contrarie. C’est à croire que le fils de Jean Paul Dias ne peut rien résoudre par le dialogue et la raison. Cette année, après avoir menacé Bougane Guèye Dany, PDG du groupe de presse D Médias, il vient encore de s’illustrer en menaçant un groupe de mécaniciens de l’ancienne piste.

Dans ce pays, la courte mémoire semble être la chose la mieux partagée. Sinon comment comprendre que le permis de port d’arme du maire de Sicap-Mermoz-Sacré-Cœur ne  soit pas retiré et qu'il soit toujours armé après avoir assassiné un homme ?

Qu’est-ce qui empêche l’autorité de remettre à sa place ce politicien à la gâchette facile ?

Le Parti Socialiste, allié et membre de la Coalition au pouvoir, mérite meilleure publicité et les Sénégalais du respect de la part de cet homme décidément atypique.
 


Jeudi 7 Janvier 2016 - 09:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter