Basket Ball: Gackou réconcilie Baba Tandian et la fédération

Le feu qui couvait au sein de la Fédération sénégalaise de basket a été écarté par le nouveau ministre des sports qui a reçu hier, mardi, Baba Tandian et bureau Fédéral. El Hadji Malick Gackou a demandé et obtenu des membres de l’instance dirigeante du basket la mise en sourdine de leur divergence. Tout comme, il s’est engagé de soutenir le basket pour lui donner les moyens de performances et de reconquête des titres.



Basket Ball: Gackou réconcilie Baba Tandian et la fédération
Les relations conflictuelles entre  Baba Tandian, le président de la Fédération sénégalaise de Basket et des membres du bureau fédéral, a trouvé une issue heureuse au terme de la rencontre que  le ministre des sports, El hadji Malick Gackou a initié hier, mardi 22 mai, pour s’imprégner de la situation du basket sénégalais.

Mais aussi trouver les moyens de mettre le basketball  sur le chemin des performances. Dans cette dynamique, le nouveau patron  du sport a réussi à faire taire les querelles au sein de l’instance portées ses derniers jours dans la place publique.

«La Fédération sénégalaise de basketball s’est engagée à renforcer son unité mais à dégager des  perspectives tangibles à même de soutenir et de donner à cette discipline les moyens de porter haut le flambeau du Sénégal en Afrique et dans le monde. Quelques turbulences ont traversé la vie du basket ces derniers moments, mais cela a été circonscrit dans le cadre des difficultés à la famille», a déclaré El Hadji Malick Gackou au terme de l’audience qu’il a accordé à la Fédération sénégalaises hier, mardi 22 mai,  à son bureau du Building administrative.  

«Le patron, c’est Gackou»

Le président Tandian qui s’est félicité de la sollicitation du ministre des sports,  a pour sa part montré sa disposition à enterrer la hache de guerre. «Il  ya eu des errements.  Le ministre m’a demandé d’enterrer tout ça. Je lui ai promis. C’est lui le patron et je ne suis que délégataire de pouvoir. Je n’ai pas le droit de lui  dire non s’il me demande quelque chose. Je vais prouver que j’accepte de le faire. C’est le basket d’abord avant ma propre personne.  Je vais vous faire la démonstration »,  dira-t-il. Séance tenante, il a joint la parole à l’acte par une chaleureuse poignée de main avec ses vice-présidents Mohamed Sy et  Rokhaya Pouye «Aya».  

«Le ministre n’a que son vœux. Il nous a montré ce qu’il a envie de faire pour le basket, là où il veut aller. Nous  n’avons plus de raisons de ne pas espérer. C’est une lumière qui se précise devant nous. Il y a eu des problèmes. Il faut s’y pencher pour aider le basket», relève  Baba Tandian conforté en cela par son vice- président Mohamed Sy.
«Nous avons su taire tout ce qui nous opposait et faire l’essentiel pour la reconquête des titres aux  niveaux des équipes nationales et pacifier la fédération. Dorénavant, nous allons travailler pour renforcer l’orthodoxie au niveau du basket, on va parler, échanger pour que ceux qui nous ont mandaté pour diriger le basket et que le Sénégal y trouvent son compte», s’engage-t-il.

Un programme «Horizon 2020» en vue

Dans  cette dynamique, le ministre des Sports, a  souligné avoir engagé sa magistère dans la bataille de la réconciliation et de la réunification du sport national. «C’est notre vocation et ambition. Le crédo du Sénégal dans notre magistère est de taire les difficultés. Nous veillerons à  ce que les difficultés soient aplanies. De ce point de vue, le président Tandian et les  autres se sont engagés dans cette dynamique  pour avoir des résultats à la hauteur de ses ambitions», a-t-il ajouté, avant de rappeler la philosophie sportive du gouvernement de Macky Sall et le programme «Horizon 2020» que le gouvernement entend lancer en vue de doter le sport sénégalais  d’un cadre approprié pour son rayonnement.

«Le président de la République s’est engagé à  porter le budget du sport à hauteur de 1% . Ce qui apportera des ressources considérables pour le développement et le rayonnement du sport.  Si nous combinons le binôme financement de l’Etat  et activités financières du secteur privé dans le financement du sport, le sport sénégalais peut avoir des moyens considérables à même de lui permettre de jouer les plus grands rôles en Afrique et dans le monde», a-t-il soutenu.
 
Avec Sudonline


Mercredi 23 Mai 2012 - 11:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter