Bénin : des rois engagés en politique

À chaque période électorale, les rois et chefs traditionnels se révèlent être des acteurs importants pour les candidats.
Ils conseillent, accompagnent et mobilisent l'électorat.
Leur présence dans l'arène politique n'est plus un secret et certains s'en défendent.
Sa majesté Gbesso Adjiwatonou Alodji II est roi d'Abomey calavi



Bénin : des rois engagés en politique

"Autrefois, les rois ne se déplaçaient pas. Les gens étaient contraints de leur rendre visite au palais. Au temps coloniaux, c’était plus sérieux. Maintenant, ils sont obligés de suivre les autorités politiques et administratives. Quand on n’est pas fort on est malin", assure-t-il.
 

Image copyright

"Les Rois sont présents sur les lieux de meeting des candidats, participent même aux réunions pour disent-t-ils l'intérêt de leur communauté", indique-t-il.

Dodji Amouzouvi est socio-anthropologue, professeur à l'université d'abomey calavi.

Il explique entre autres cette implication par la pauvreté de certains rois.

"Autrefois, certains rois n’avaient aucun souci pour vivre et faire vivre sa cour. Maintenant, le roi est obligé de travailler pour vivre. Le dispositif social d’avant leur permettait de vivre . Aujourdhui si le roi ne travaille pas, il ne mange. Il y a des besoins qui ne sont plus satisfaites", déclare l'universitaire.

"Les rois au Benin sont aujourd'hui plus d'une centaine éparpillés dans les différentes localités et régions du pays. Ils constituent un véritable marché électoral. Devenir roi au Bénin c'est maintenant un business" insiste Dodji Amouzouvi
 

Image copyright

Depuis 2008 l'Etat béninois subventionne les Rois et chefs traditionnels. Ils reçoivent annuellement 100 millions de francs CFA.

Comlan Edjalowe est directeur de la Promotion des Dynamiques sociales au Ministère béninois chargé des relations avec les institutions.

"En 2008, l'Etat béninois a décidé de subventionner les chefs traditionnels pour les appuyer", explique-t-il.

Mais cette subvention est loin de régler tous les problèmes.

Certaine têtes couronnées non membres du haut conseil des rois et chefs traditionnels se plaignent d'être marginalisée.

Cette catégorie marginalisée de rois doit alors faire recours aux relations afin d'arrondir les angles.

Le monde bouge et les rois aussi, le palais royal était rempli et aujourd'hui ce n'est plus le cas.

Et pour cette implication des rois en politique les avis sont partagés.
source:bbc Afrique


Dior Niang

Mercredi 18 Novembre 2015 - 12:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter