Bénin: la détresse des sinistrés après l'incendie du marché de Cotonou

Au Bénin, après l'incendie au marché Dantokpa à Cotonou, l'émotion était encore grande lundi. Plus de 700 boutiques ont été détruites dans le secteur des pièces détachées de véhicules. Le feu est parti vers 1h samedi matin d'un camion transportant de l'essence frelatée. Le gouvernement a annoncé le relogement des sinistrés et la reconstruction de la zone en matériaux définitifs d'ici deux mois.



L'activité bat son plein au marché Dantokpa de Cotonou. Mais dans la zone des pièces détachées qui a brûlé, c'est une autre ambiance. Les bulldozers ont déjà tout ramassé. Restent des tôles calcinées et deux tas de gravats pris d'assaut par de jeunes vendeurs de ferraille. Une foule de commerçants est là.

« J’en avais un là et un là-bas, tout est parti, je n’ai plus rien et je ne sais pas comment je vais faire pour manger, témoigne Toussaint Adanssi qui possédait deux magasins. Les marchandises c’est plus de 15 millions [de francs CFA, soit près de 23 000 euros, NDLR], l’argent qui a brûlé c’est 500 000 [près de 800 euros, NDLR] que j’avais ici dans le marché. » La détresse est grande chez ces revendeurs car ils n'étaient pas assurés et gardaient de grosses sommes dans leurs boutiques.

Les vendeurs sceptiques sur la reconstruction

Comme beaucoup, Laurent Ogoudina est resté au marché depuis l'incendie. Installé depuis 17 ans, il a peur que certains profitent de la situation. « On n’a plus rien pour vendre maintenant, mais au moins on attend de retrouver notre place, espère-t-il. Les gens qui sont dehors ils vont vouloir maintenant rentrer pour prendre notre place. On est d’accord pour être relogés, mais on ne veut pas rester là-bas. »

Le gouvernement a promis de reconstruire la zone en dur d'ici deux mois. Hervé Sendji a perdu cinq boutiques et 80 millions de FCFA (122 millions d’euros). « Deux mois ils ont dit, nuit et jour ils vont travailler et je vais voir ce que ça va donner, se méfie-t-il. Il ne suffit pas de le dire, mais de le faire. Sinon on va mourir. »
source:rfi


Dior Niang

Mardi 3 Novembre 2015 - 07:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter