Bénin: les FCBE en congrès pour préparer l’après-Boni Yayi

Au Bénin, l'alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE), qui regroupe une cinquantaine de partis et qui soutient le président Boni Yayi, était en congrès extraordinaire ce samedi au palais des Congrès de Cotonou. Pour les membres du gouvernement, les responsables et les militants, il s'agissait de se mettre en marche pour les législatives et municipales d'avril et mai ainsi que pour la présidentielle de l'an prochain, à laquelle le chef de l'Etat, élu en 2006 et réélu en 2011, ne peut pas se présenter.



Le président béninois Boni Yayi ne pourra pas se représenter lors de la prochaine élection présidentielle. L'alliance FCBE entend poursuivre son action.
Le président béninois Boni Yayi ne pourra pas se représenter lors de la prochaine élection présidentielle. L'alliance FCBE entend poursuivre son action.

Remobiliser les troupes, c'était l'objectif du congrès. Ministres, conseillers du président, députés, élus locaux et délégués venus de tout le pays se sont réunis autour du thème « Un nouvel élan pour un Bénin nouveau ». « L’alliance doit demeurer la première force politique du Bénin à travers le temps. Il fallait effectivement un sursaut, un nouvel élan. Et ce nouvel élan permettra de poursuivre la construction du Bénin et d’aboutir à l’émergence », ambitionne Eugène Azatassou, coordonnateur national de l'alliance FCBE.

Il fallait aussi appelé à l'unité alors que quatre personnalités, dont le président de l'Assemblée nationale et la présidente de la commission des lois, ont quitté les FCBE cette semaine. « Les Forces cauris ne subiront pas la mort subite que des alliances politiques ont eu à subir dans ce pays. Et pour ce faire, je voudrais vous inviter à taire vos contradictions. S’il y a un idéal que nous devons poursuivre, c’est comment nous nous mettons ensemble pour être forts », a lancé Komi Koutché, ministre de l'Economie et président du comité d'organisation.

Pour le député André Okounlola, la priorité c'est de continuer l'action du président après son départ  : « Depuis 2006, nous avons toujours gagné. Il n’y a pas de raison que l’on ne s’organise pas pour continuer à gagner ce combat-là, parce que toute l’ambition du chef d’Etat, on ne peut pas la réaliser en 10 ans. »

Les directives adoptées en congrès ont ensuite été présentées lors d'un meeting au stade de l'Amitié de Cotonou, en présence du chef de l'Etat.


Rfi.fr

Dimanche 15 Février 2015 - 12:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter