Bennoo Bokk Yaakaar/Bokk Guis guis: C’est la guerre à Ziguinchor!

Les élections législatives s’emballent à Ziguinchor au fur et à mesure que le 1er juillet approche. Rien ne va plus entre la coalition Bokk guis guis et Bennoo Bokk Yaakaar. Les deux partis s’affrontent verbalement. Ils ne veulent plus se faire de cadeaux.



Bennoo Bokk Yaakaar/Bokk Guis guis: C’est  la guerre à Ziguinchor!
Le responsable de l’Alliance pour la République (Apr) à Ziguinchor, Benoit Sambou est le premier à ouvrir les hostilités contre les responsables de « Bokk guis guis » lors d’un déplacement dans la région sud du Sénégal. « Nous sommes tous choqués par ces personnalités que sont le président Abdoulaye Wade, son fils Karim Wade et son principal complice dans la gestion de l’Anoci, le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé », a déclaré Benoit Sambou qui est membre de la coalition, Bennoo Bokk Yaakaar. Le responsable de l’Alliance pour la République à Ziguinchor a ajouté : « ils sont tous des voyous à la tête de la bande des voleurs de la République. Ils doivent être tous arrêtés et envoyés en prison ».

La sortie du ministre de l’Agriculture et de l’équipement a mis dans tous leurs états, les partisans du maire de Ziguinchor. Ceux-ci ont enclenché une riposte musclée contre le collaborateur du président de la République, Macky Sall. « Nous ne sommes pas des va-en-guerre, mais nous allons appliquer la Loi du talion. Désormais, ce serait œil pour œil, dent pour dent contre la coalition Bennoo Bokk Yaakaar », ont averti les responsables locaux de Bokk guis guis.

Les partisans de M. Baldé accusent le ministre de l’agriculture d’être le premier à ouvrir les hostilités. « Il va nous trouver sur son chemin. Ses déclarations sont graves et sont à la limite scandaleuses », a souligné Gorgui Guèye, chargé de la communication à Bokk guis guis.

Les deux camps ne vont certainement pas baisser la garde. Personne ne veut maintenant reculer devant l’adversaire. Et à force que la date des législatives se pointe, les états-majors en lice pour la conquête des suffrages des Sénégalais semblent être excités. Ils semblent oublier le principal arbitre de ce face-à-face, le peuple sénégalais. Carte d’électeur à la main, le citoyen sénégalais saura certainement faire le bon choix le 1er juillet. La tension était beaucoup plus grande le 26 février dernier. Mais cela n’a pas empêché les citoyens de choisir. Ils n’ont pas encore besoin d’une guerre pour décider.

Issa NDIAYE

Mardi 19 Juin 2012 - 00:01




1.Posté par attention!! le 19/06/2012 13:18
certainement les sénégalais sont amnésiques. douze années sans interruption, ces soit disant Benno Guiiss Guiss étainet là, et les sénégalais avaient tout vu. Une souffrance sociale sans commune mesure. Ils ont pillé le pays qu'ils avaient fini de prendre pour un titre foncier. Les sénégalais se rappelleront longtemps de ces prédateurs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter