Benoît Sambou : «Nous sommes allés jusqu’à dénicher des personnes qui n’étaient pas candidats»

Mandataire de Benno Bokk Yaakaar, Benoît Sambou a épaulé le chef de l’Etat lors des choix des personnes devant défendre les couleurs de la coalition présidentielle. Et, de l’avis du chargé des élections de l’Alliance pour la république (Apr), les choix n’ont pas été faciles et se sont basés sur la représentativité des candidats. C’est même ce qui les a conduits à choisir certaines personnes qui pourtant, ne s’étaient pas proposées.



Benoît Sambou : «Nous sommes allés jusqu’à dénicher des personnes qui n’étaient pas candidats»
 «Le chef de l’Etat, Macky Sall par ailleurs président de Benno Bokk Yaakaar (BBY) a eu, au cours des grandes rencontres organisées avec tous les leaders de coalition, à produire une lettre-circulaire pour demander à ce que les concertations soient organisées à la base, afin de faire des propositions pour les investitures », a déclaré Benoît Sambou qui revenait, dans un entretien accordé à L’Observateur, sur les péripéties qui ont conduit le chef de l’Etat à porter son choix sur les personnalités investies pour défendre les couleurs de la coalition présidentielle.

Selon lui, le chef de l’Etat a tout fait pour inciter les responsables locales à trouver un consensus pour sur les candidats à proposer. Mais devant les échauffourées qui se sont produites dans différentes localités du Sénégal à cause de la confection de ces listes, Macky Sall s’est senti obligé de demander l’arrêt des investitures et que les propositions lui soient faites directement.

C’est à l’issue de son arbitrage que, explique M. Sambou, son choix s’est porté sur les noms figurant sur lesdites listes. N’empêche, poursuit-il, la sélection ne s’est pas faite de façon subjective. Car, martèle-t-il, Macky Sall s’est basé sur la représentativité qui est «le critère le plus valable en politique», pour désigner ceux qui devront défendre les couleurs de Bby.  

Mais, reconnait-il, le choix n’a pas été du tout facile car, pour maximiser leurs chances, le Président a usé de subterfuges. Et, «cela nous a conduits à aller même dénicher des gens qui n’étaient pas candidats. On l’a fait à Koungheul, Goudomp et Guinguinéo».
 

Ousmane Demba Kane

Mercredi 14 Juin 2017 - 10:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter