Benoît Sambou répond aux ex-travailleurs du FNPJ, l'ANEJ et l'AJEB: 83 agents repris, les autres « redéployés ou financés »



Lors du conseil interministériel sur l'emploi des jeunes, hier, les travailleurs des agences (FNPJANEJAJEP supprimées par le chef de l'Etat ont pris d'assaut la primature. Ils réclamaient le payement des arriérés de salaire et le redéploiement dans l'Agence Nationale de Promotion pour l'Emploi des Jeunes (ANPEJ). 

Les forces de l'ordre se sont interposées contre ce rassemblement devant les locaux la primature. Elles ont tenté de disperser les manifestants, qui s'est soldes par un blessé et deux arrestations. Les autres manifestants ont pris la fuite. Mais, ils ont annoncé qu'ils vont dérouler un plan d'action. « Une marche sera organisée dans les prochains jours », menacent les manifestants.

Pour le ministre de la Jeunesse, de l'Emploi et des Valeurs civiques, Benoit Sambou, cette suppression est motivée par une logique de cohérence et de rationalisation des ressources pour plus d'efficacité. Il assure que l'Etat va payer ces arriérés de salaire.

Pour ce qui est du redéploiement, l'ANPEJ, nouvellement créée, ne va retenir que 83 agents sur les 236 que comptaient l'ANEJ, FNPJ, l'AJEB et l'Agence Nationale d'Appui aux Marchands Ambulants (ANAMA). L'insertion des autres va s'effectuer dans le personnel résiduel des différents projets et programmes de l'Etat. « Je prends l'engagement de faire en sorte que ceux qui ne seront pas retenus ou redéployés accèdent aux crédits au sein de l'agence afin de monter leur propre structure », annonce le ministre de tutelle.


Samedi 8 Février 2014 - 11:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter