Besoin de financement des PME: Un gap de près de 600 milliards de F Cfa

La compétitivité de l’économie que le gouvernement veut booster à travers la Stratégie de croissance accélérée (Sca) passe par un tissu industriel fort et structuré. Constitué à plus de 90 % des petites et moyennes entreprises (Pme), l’industrie sénégalaise doit trouver des réponses au besoin de financement de cette tranche. Le gap est actuellement estimé à plus de 600 milliards de F Cfa.



Besoin de financement des PME: Un gap de près de 600 milliards de F Cfa
Ce n’est pas demain la veille pour les Petites et moyennes entreprises dans leur quête permanente de financement. L’équation de l’inadéquation entre l’offre des banques et la demande des Pme a eu des effets qui risquent de prolonger le cauchemar des entreprises en quête perpétuelle de financement.

L’atelier de partage des conclusions et recommandations de l’étude sur « L’offre et la demande de financement des Pme au Sénégal » que la direction des Pme et ses partenaires comme la coopération allemande ont tenu ce mercredi 20 janvier à Dakar a permis de mesurer l’ampleur du mal. Une enquête a été menée entre novembre 2008 à janvier 2009, sur la demande de financement portant sur un échantillon de 703 entreprises complétée par les discussions focus groups dans cinq régions économiques que sont Dakar, Thiès, Kaolack, Saint-Louis et Ziguinchor. Ce tour d’horizon a permis aux consultants de constater qu’il existe des décalages entre le tissu économique et la cadre des Pme d’une part et la cadre réglementaire du secteur bancaire et financier d’autre part. Il est relevé que le secteur informel est quasi absent du champ d’application de la loi d’orientation des Pme. De même, les secteurs d’activités qui prédominent sont peu articulés avec les pôles de développement retenus dans le cadre de la Stratégie de croissance accélérée (Sca), notamment l’agriculture, la pêche, le textile.

Les enquêteurs ont également observé un cloisonnement des politiques et programmes d’appui aux Pme. A cela, s’ajoute le fait que « le financement de l’économie demeure insuffisamment assuré par le secteur bancaire ». Selon eux, il correspond à environ 20% du Pib comparé à des taux de 70 à 80% dans les pays émergents. Pour les banques, notent les consultants, les concours se font au détriment des Pme et du financement à moyen et long terme de l’investissement. Les enquêteurs remarquent que « le secteur bancaire ne financement que le tiers des besoins exprimés des Pme estimés à 595 milliards de F Cfa à la fin 2007 ». Le document renseigne que sur la base des entretiens avec les banquiers, la part des entreprises peut être estimée en moyenne à 45%, soit un montant de 576,5 milliards de F Cfa. Dans cette enveloppe, les Pme occupent 35% en moyenne, soit un montant de 202 milliards de F Cfa.

Les conclusions de l’étude marquent que « cette position du secteur bancaire contraste avec celle des Systèmes financiers décentralisés (Sfd) qui sont en très actifs dans le financement des micro et petites entreprises ». Les enquêteurs relèvent aussi que les conditions pour une intensification de l’offre de financement aux Pme ne semblent pas encore réunies. D’abord, ont-ils relevé, le tissu économique manque de densité et la rentabilité des Pme, à l’exception de quelques entreprises intervenant dans les secteurs du commerce, de l’industrie manufacturière et des services, demeure faible. A cela, s’ajoutent la méfiance avérée de la majorité des Pme vis-à-vis du secteur financier. Ensuite, poursuit le document, les coûts de transaction pour les fournisseurs de services financiers sont jugés trop élevés et les ressources longues manquent pour financer les investissements. Enfin, ils remarquent que « la réglementation trop contraignante des banques favorise une allocation des capitaux vers les opérations plus rentables et moins risqués au détriment du financement des Pme ».

Devant cet état de fait les participants ayant pris part à l’atelier de restitution d’avant-hier, on en majorité jugé nécessaire la mise en place d’un cadre permanent de concertation entre Pme et secteur financier. En attendant d’y parvenir, les acteurs appels à la formation des entrepreneurs sur la culture bancaire afin de parvenir à l’amélioration de la qualité de l’information financière.

Bacary Dabo (Sud)

Vendredi 22 Janvier 2010 - 12:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter